fbpx

LA RÉDACTION LA PLUS SEXY DE FRANCE ?

Laurence Remila

Imaginez : vous pensiez être doté(e) d’un sex- appeal à peu près équivalent à celui de Jean- Claude Juncker, et vous vous découvrez, du jour au lendemain, aussi désiré(e) qu’une Emily Ratajkowski sortant de sa séance au Point Soleil. Cette épreuve, les stars de notre dossier du mois l’ont tous connue. Et la question qui va avec, la seule qui vaille en ces temps de célébrité Insta’ et d’actions « inclusives » : « Et si le nouveau sex-symbol, c’était vous ? » Hier, trop gros, trop roux, trop freaks, la peau trop dépigmentée… Aujourd’hui, les mêmes sont, sans avoir eu à changer quoi que ce soit, les coqueluches des catwalks, des campagnes de pub et des magazines de mode…

Prenez le mannequin Lorena Duran, interviewée dans nos pages. Cette Espagnole aux formes généreuses enchaînait les shootings au niveau national. Une « curvy model » parmi d’autres. Jusqu’à ce qu’un directeur marketing de Victoria’s Secret révèle, en interview, à quel point sa boîte était larguée : « ni les trans ni les rondes sont bienvenues sur nos défilés, qui doivent rester des lieux de fantasme ». Tollé. Pour s’en sortir, la marque aux égéries longilignes embauche la « plus- size » Lorena. Une première.

Sans trahir les secrets les plus intimes des membres de notre rédaction, sous-estimer le potentiel érotique des trans et des rondes nous semble particulièrement simplet. Suffit de voir les résultats qui nous ont été fournis par YouPorn dans le même dossier : les rondes (comme les roux et tant

d’autres catégories exclues jusqu’à très récemment des industries de beauté) y font un tabac. La faute au Français moyen qui s’est pris quelques kilos supplémentaires en 20 ans ? Pas que.

Comme le rappelle Carmen Bramly dans notre dossier : « Les millennials formulent une nouvelle demande, celle de se voir représenter par la publicité ». Demande de plus en plus prise en compte par les marques. Bien sûr, cette volonté d’être plus « inclusif » en reflétant toute la diversité de la société peut prêter à sourire venant de nos amis marketeux. Mais ne boudons pas notre plaisir. Ce magazine, né en 1991 (si ça se trouve, on va se découvrir un statut de sex-symbol à 28 ans passé), a passé les années 90 à défendre tant de causes marginales à l’époque – et devenues les maîtres- mots des communicants cette saison.

Si l’époque a changé, le magazine est resté foncièrement le même : un « accélérateur d’idées » réalisé par une bande de femmes et d’hommes, des journalistes et des créatifs drôles, curieux, déterminés (certains ont même quelques kilos en trop), venus d’horizons on ne peut plus divers, et dans laquelle toutes les diversités sont représentées (sans qu’on ait eu à faire appel à un « gender » ou un « diversity officier »). En un mot ? Sexy.

Laurence Rémila
Rédacteur en chef 

Photo : Olivier Metzger