NICOLAS ULLMANN, MULTI-MOI

Nicolas Ullmann

« POUR LA FIN DU MONDE » (1971) GÉRARD PALAPRAT

 


J’aime dans ce titre, son décalage et positivisme, incarnant une liberté, légèreté et naïveté poétique se faisant rare en ces temps. Un titre nécessaire en cette triste année 2020. Les derniers mots du refrain résonnent dans ma tête au quotidien, comme symbole de nos nouveaux départs: « Viens donc il est temps, Viens voir enfin l’autre côté, De la montagne, Viens voir enfin l’autre côté, On va repartir à zéro ».