Manu Payet : « Le grognard c’est rock’n’roll ! »

ezgif.com-webp-to-jpg

Merlot en amphores et cuvée de Fantassin… Pour l’humoriste Manu Payet, les Bordeaux sont comme son nouveau spectacle Emmanuel : un voyage qui dépote et rallume la lumière de l’intérieur ! Morceaux choisis entre deux involtinis au speck. 

Votre première fois avec un Bordeaux, c’était quand ?
Cet été ! Je me suis laissé surprendre par un Château Grand-Puy Ducasse (60% Cabernet Sauvignon, 40% Merlot), un vin du Médoc fantastique en appellation Pauillac. Vraiment excellent avec une poêlée de cèpes, des oeufs cocottes ou une omelette aux truffes, par exemple. Et pourtant, ce n’était pas gagné ! Je suis arrivé là-bas plein de méfiance. Me disant : « je suis sûr que je ne vais pas aimer, ça va être trop prétentieux, etc. » Et bien, pas du tout, c’était juste super bon. On peut même dire que c’est le Grand-Puy Ducasse qui m’a converti à l’Aquitaine… Bon, c’est vrai qu’avant, dans la région, je connaissais mieux la vie nocturne que ses vignobles…

Votre dernier Bordeaux pour la soirée ?
La cuvée Jean Le Grognard (80% Merlot, 20% Cabernet Sauvignon) ! Un vin de fantassin en biodynamie et vendangé à la main par Ludovic et Lionel Barthe, des vignerons de 7ème génération à Naujan-et-Postiac (Nouvelle Aquitaine). C’est vif, fruité, ensoleillé… Et très Rock’n Roll ! Si j’ai bien compris, Jean Le Grognard, l’ancêtre des frères Barthe, était donc dans la Grande Armée. Et il a pu acheter ce domaine au sud de Saint-Émilion grâce aux 600 francs attribués par Napoléon à tout soldat à la retraite qui se marierait le 22 Avril 1810 (20 jours après le remariage avec Marie-Louise d’Autriche) avec une fille de sa commune… J’avoue que ça m’a fait rire. Ca a participé à mon kiff ! Et puis il faut reconnaître qu’avec les Involtinis du chef Tamir Nahmias (restaurant Frenchie), c’était joliment servi.

Votre Bordeaux préféré pour mater Emmanuelle (le fi lm érotique de Just Jaeckin, à l’origine du titre de son nouveau spectacle Emmanuel*) ?
Pourquoi pas un Entre-deux-Mers de Ludovic Barthe justement ? Un Bordeaux blanc Château Grand Bireau (30% Sauvignon blanc, 30% Sémillon, 10% Sauvignon gris, 10% Muscadelle) avec une belle robe claire et dorée… Mais je pense tout de même que ça fait partie de ces films où l’on déguste un verre de vin avant, pas pendant (rires).

Quel Bordeaux offrir à sa fiancée après un enterrement de vie de garçon (EVG) comme dans le fi lm Budapest (avec Monsieur Poulpe, Alice Belaïdi, Jonathan Cohen, etc) ?
Un Teha ! Un 100% Merlot extrêmement fruité en appellation Cadillac Côtes de Bordeaux que j’ai bien aimé au Dîner des Attablés à la Maison Bréguet (Paris 11ème). C’est un vin confidentiel (seulement 1200 bouteilles), élevé pour moitié en amphores et moitié en barriques, produit sur une toute petite parcelle au nord de Château de Chainchon (Castillon La Bataille) par le vigneron Patrick Eresue qui lui a donné le nom de sa petite-fille (Teha). Alors, si je devais me faire pardonner par ma femme d’être parti trop longtemps enterrer la vie de garçon d’un pote, je la prendrais par les sentiments en lui disant : « Bah voilà, ce vin porte le nom de la petite fille du gars qui l’a fait ». Là, j’emballe le truc et je pense qu’on peut s’en sortir… Emmanuel les 23 et 24 Novembre 2018 au Casino de Paris.

PHOTO THOMAS SMITH
ENTRETIEN HUGUES PASCOT & O.M.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre