fbpx

eFukt, le grand bêtisier du porno

Un site compile les coulisses du porno. Souvent cracra, parfois tragique, presque tout le temps drôle.

Peut-on rire de tout ? Et surtout, peut-on rire du porno ? C’est sûrement les deux seules questions sérieuses que pose eFukt, un site à l’humour lubrique et au rire gras. Ce qu’on y trouve ? Du porno trash, du porno rigolo, mais surtout du porno qui part en couilles. Compilations de perles allemandes, acteurs maladroits, actrices qui se rebellent, classements d’orgasmes féminins, problèmes anaux, bodybuildés surpris en soubrette, filles qui ne se souviennent plus du «safe word»: on parcourt les centaines de vidéos, mises en ligne depuis 2005, partagé entre hilarité, dégoût et parfois incompréhension. Ça monte les vidéos comme il faut (en anglais seulement) pour saisir les quelques minutes de jeux de mots bien sentis et de bandes-son au poil. Parmi les classiques: «Hey daddy, look what I can do», «Shit on my dick» ou «Ass to mouth with consequences» (on ne traduit pas).

Lire aussi : Sous couverture : il a passé un an undercover dans le porno amateur

Lire aussi : Houellebecq, l’entretien X : « YouPorn m’a apporté quelque chose, vraiment ! »

Avec son gros millier d’abonnés sur Twitter et ses 7000 fans Facebook, eFukt connaît une petite popularité. Pourtant, rien ne fuite sur l’identité des créateurs . Seul un hibou, la bite à l’air, surveille le site en page d’accueil. Dans l’onglet «Contact», on découvre une petit précision: «Les mails de fans sont toujours appréciés. Les photos de ta sœur nue, encore plus.»

www.eFukt.com

Valentin Noël