SÉRIES : FAUT-IL INTERDIRE EUPHORIA AUX NARCOTIQUES ANONYMES ?

Euphoria

Autant l’avouer : la saison 2 de  la création  HBO co-produite par Drake, Euphoria, donne sacrément envie de planer. Une série qui incite à consommer ?

Panique dans le streaming ! Pour les animateurs californiens du programme anti-drogues D.A.R.E (Drug Abuse Resistance Education), la représentation des lycéens dans la série conduit « à la dépendance, au sexe anonyme, à la violence et à d’autres comportements destructeurs communs et répandus dans le monde aujourd’hui. » La superstar genZ Zendaya y incarne Rue, le personnage le plus concerné par ces accusations. L’Américaine a profité d’une interview avec Entertainment Weekly pour répondre : « La série est en aucun cas un conte moral pour apprendre aux gens comment vivre ou ce qu’ils devraient faire ». Zendaya y voit plutôt un miroir permettant aux gens de se reconnaître dans les personnages et de se sentir moins seuls face à leur situation. Elle revient particulièrement sur l’épisode 5 qui met brutalement en lumière la dépendance aux drogues de son personnage « mon plus grand espoir est que les gens puissent s’identifier à cet épisode (l’épisode 5 met brutalement en lumière la dépendance aux drogues de son personnage, ndlr) et que celles et ceux qui ont besoin de guérir et de grandir avec Rue, espérons-le, d’ici la fin de cette saison, ressentent cet espoir et ressentent ce changement en elle ».

Trigger warning : Suite à un nouveau visionnage, la rédaction s’accorde sur le fait que cette série donne sacrément envie de planer. Elle est donc à éviter pour toute personne en phase de désintox…


Par Pierre-Alexandre Pestie