REIMS, CAPITALE DU POLAR

Ouvert au public, le Festival Reims Polar présente des thrillers venus du monde entier et rend hommage à de grands réalisateurs du genre.

Depuis mardi, le nouveau festival Reims Polar, successeur du festival du film policier de Cognac (25 éditions), puis de Beaune (12 éditions), tient sa première édition physique. « Le festival va permettre de découvrir cinquante films, signés par des cinéastes de vingt nationalités, assure son président, Bruno Barde, grand manitou des festivals du film américain de Deauville et du film fantastique de Gérardmer. Une sélection montrant une maturité cinématographique et une forme de retour au cinéma classique, qui dit les choses, mais les dit avec la mise en scène. »

Walter Hill à Reims


Au cœur de la sélection, plusieurs films d’Europe de l’Est, des polars du Kazakhstan, de Lituanie, de Finlande, de Russie… Et bien sûr le très attendu Rhino, sur l’ascension d’un jeune délinquant, du cinéaste ukrainien Oleh Sentsov, qui a passé cinq ans en détention en Russie pour avoir protesté contre l’annexion de la Crimée par Moscou, et se bat aujourd’hui, armes à la main, pour défendre son pays. Egalement au programme, le film chinois Des feux dans la plaine, une histoire de serial killer bien glauque ou le film français Entre la vie et la mort, pas toujours maîtrisé avec un épatant Antonio de la Torre à la poursuite des assassins de son fils.

HOMMAGES ET LEÇONS DE CINÉMA

Comme Deauville ou Gérardmer, le festival est ouvert au public qui peut se faire une cure de bons films pendant une semaine. Reims Polar a également des visées pédagogiques puisque – très intelligemment – le festival multiplie les hommages et les rencontres. Dans la même semaine, c’est le grand écart absolu avec la présence de Walter Hill, légende hollywoodienne, auteur des Guerriers de la nuit, 48 heures ou Southern Confort, et de Rodrigo Sorogoyen, futur du ciné européen, réalisateur de merveilles comme Que Dios nos perdone, El Reino ou la série Antidisturbios. Et pour que la fête soit complète, Reims Polar propose tous les jours à 17 heures des leçons de cinéma gratuites où le public peut écouter et parler avec Walter Hill, Martin Campbell, Jacques Weber ou Vincent Lindon qui transmettent leur art. Histoire de retrouver par la suite le chemin des salles obscures… 



Reims Polar, jusqu’ au 10 avril à l’Opéraims, 72, place Drouet d’Erlon, Reims (Marne).

Billets séances de 6 à 10 euros, Pass festival de 40 à 60 €. www.festivalfilmpolicier.com

Par Marc Godin