PHILIPPE KATERINE, L’ART DU MIGNON

mignonisme philippe katerine

Le Bon Marché ouvre « X », son cycle dédié aux collabs inattendues, en offrant une carte blanche — ou plutôt rose –, à Philippe Katerine. Visite guidée de sa vision du « Mignonisme ».

Le Mignonisme selon Philippe Katerine ? Des assiettes à l’effigie de célébrités, des pâtisseries à la sienne, et des sculptures barbapapaesques…  Mais surtout, un courant artistique méconnu, qu’il explique dans le livre du même nom paru ces jours-ci aux éditions Acte Sud : « Bien sûr, il y a la fonte des glaces, la décrépitude, la trahison, l’agonie. Bien sûr, il y a la mort. Mais le mignonisme est là, en cherchant bien, à portée de main, pour conjurer le sort et aborder ces rivages incertains, plus apaisé. » Enfantin ? Peut-être : pendant le confinement, Philippe s’est amusé avec les jouets de ses enfants qui traînaient chez lui, les a coloriés, agrafés, découpés… comme eux finalement.

L’expo évoque les meilleurs films d’animation : des dessins qui semblent destinés aux enfants, mais où les adultes pourront y déceler quelques messages. Un peu comme lui, ce nounours aux vêtements dépareillés bourré de talent. Un peu comme la mascotte du Mignonisme, un petit bonhomme de la couleur de son dernier album Confessions (rose, donc), disponible à la vente au Bon Marché. Pour Philippe Katerine, « ceux qui préfèrent  le rose sont en demande constante d’affection mais ils en ont peur… »

HAPPENINGS INTEMPESTIFS

Pendant deux mois, le haut-lieu du shopping Rive Gauche sera meublé d’oeuvres géantes rose bubblegum, de dessins loufoques, de ses textes, de boules à neige et de papiers-peints, mais aussi de quelques zizis (roses, toujours)… Celui qui dessine des positions de mains et des sens interdits au lieu de notes sur ses partitions, propose aussi des guimauves au céleri à côté, à la Grande Épicerie de Paris, mais évidemment à son effigie…  Il a même enregistré un 45 tours de quatre-titres dont il a dessiné la couverture (les yeux fermés, of course). D’autres surprises seront également au programme : des animations sonores, des annonces au micro, des happenings intempestifs… 



Un peu mégalo, cette expo ? Le personnage principal s’est ici décuplé, transformé, voire ridiculisé, mais comme il le dit dans son livre : « Le mignonisme comme tous les “isme”, risque-t-il de devenir une dictature ? ». Avant de conclure, « Le mignonisme sauvera le monde. » En gros, selon ce curateur d’un genre nouveau, nous avons tous sous-estimé le pouvoir du mignon. Un pouvoir capable, grâce à de petites choses délicates et rigolotes, de sauver l’art (à défaut de changer le monde).
Démesurées et légères, ces œuvres risquent de nous donner envie de ne plus revenir dans le monde réel.

Philippe Katerine x Le Bon Marché Rive Gauche, du 26 février au 24 avril 2022, Le Bon Marché Rive Gauche, 24 Rue de Sèvres, 75007 Paris www.lebonmarche.com


Par Mathilde Delli