PATRICK BRUEL, L’AS DES AS : « JE NE SUIS PAS PASSÉISTE ! »

patrick bruel technikart

En cette fin d’année, Patrick Bruel délaisse le poker et ses vignes (Domaine de Leos) pour sortir son dixième album studio aux côtés d’Hoshi (« J’avance ») et de Yuksek (« Le fil »). Interview 100 % musique.

Tu collabores avec Hoshi et Yuksek : une envie de te branchiser ?
Patrick Bruel : Ahah, non ! C’est plutôt la joie et la surprise des rencontres. Je suis un éternel curieux. Hoshi, je suis allé vers elle à ses tout débuts pour lui dire que je trouvais très jolie sa chanson (« Ta marinière »). Puis, un jour RFM m’a demandé de faire un duo, j’ai demandé à le faire avec elle. On a chanté « Amour censure » C’était très fort. On a eu envie de pousser un peu plus loin. Elle est revenue vers moi avec deux chansons, dont « J’avance » qu’on a fini à trois, avec Mark Weld.

La période d’isolement du Covid a-t-elle influencé ton travail ?
J’ai dans mon téléphone des centaines de petits moments – un début de phrase, une mélodie, quelques accords, guitare, piano… J’ai passé cinq semaines absolument seul pendant ce confinement, mais ça m’a permis entre autres d’écouter tous ces audios, de prendre des notes, faire des assemblages et de voir que je pouvais en faire quelque chose. Rapidement, j’ai dit à Benjamin Constant, avec qui je travaille, qu’on allait s’y remettre . « Quoi ? Déjà ? »… D’habitude, je mets six ans pour faire un album. J’ai surtout retrouvé des titres forts que j’avais laissés de côté

Comme « On en parle », ta chanson sur les fake news ?
Je l’ai commencée en 2018, et elle n’a jamais cessée d’être d’actualité. Je l’ai terminée la dernière nuit avant de rendre l’album. On était dans une euphorie, à boire des coups, j’étais là, à tenter, à douter, à recommencer et les derniers mots se sont imposés dans l’urgence. Il fallait que ce soit une base hip-hop. J’ai aimé poser dessus, sans aucune velléité de faire rap ou de slamer. Ce moment assez dingue est filmé par mon frère, je vais l’ajouter au documentaire qu’on tourne depuis quelques mois

La suprématie des plateformes a-t-elle inflluencé la conception d’Encore une fois ?
Pour la création et la production, non. En revanche, il y a une réflexion à avoir sur la manière de faire connaître le plus de titres possibles. J’ai toujours fait des albums en pensant que c’était un passeport pour aller sur scène. J’ai toujours eu peur du studio et du caractère définitif des morceaux. Aujourd’hui encore, je fais tout au dernier moment. Et ma mère était prof… (rires) On s’adapte, on est là pour ça. Je ne suis pas passéiste. L’époque qu’on vit est passionnante, en pleine mutation.

Yuksek est présent sur le morceau « Le fil », comment l’as-tu rencontré ?
Je l’ai appelé pour mixer et mettre un beat sur ce qui était, au départ, plutôt un piano-voix. Et c’était remarquable. Par la suite, avec Amanda Sthers, la mère de mes enfants, nous lui avons demandé de faire la musique d’un documentaire qu’on vient de présenter à Venise, Bonnie. C’est le portrait de Bonnie Timmerman, la plus grande directrice de casting américaine. Elle a découvert à peu près tout le monde, tous ceux qui te passent par la tête, à coup sûr c’est elle ! Elle y est interviewée, et il y a également les premiers essais d’ artistes qu’elle a lancés et qui viennent témoigner, de Bruce Willis à Suzanne Sarandon… On voit même De Niro et Al Pacino

Ça t’a rappelé tes premiers castings ?
Oui ! J’avais les larmes aux yeux à la fin de la projection : je me suis vu à toutes les étapes. J’arrivais, sûr de moi, je repartais fébrile ; je venais en sachant que c’était bien, puis m’arrachais les cheveux en pensant que j’avais fait de la merde… et c’est souvent là qu’on me rappelait (rires). Il y a une scène où, je crois, Bruce Willis sort du casting, et dit aux autres : « Qu’est-ce que vous attendez, c’est fini ! ». Je l’ai fait ! J’ai connu Vincent Lindon comme ça – et il me haïssait (rires) avant qu’on devienne meilleurs potes. Bref, petite digression pour dire qu’on va faire tous les festivals et que Yuksek en a fait la musique.

Une date de sortie en salles est-elle prévue ?
Pour l’instant, il est présenté dans les festivals. Il va être vendu à une plateforme dans peu de temps. Il sortira en salles au début de l’année prochaine. Après, c’est le destin. Mais c’est cool de l’avoir fait, d’avoir pu raconter le parcours de cette femme. Elle a fait tourner Miles Davis dans Miami Vice !






As-tu toujours la passion du poker ?
Oui, mais le poker n’a jamais été une addiction, même si ça a été très chronophage. C’est beaucoup de choses que tu ne fais pas, de livres que tu ne lis pas , de gens que tu ne vois pas …

On a rencontré Kool Shen, un autre joueur de poker, et on s’est demandé qui était le mieux classé de vous deux ?
Je pense qu’il fait beaucoup plus de tournois, donc il doit être mieux placé. Quand il est arrivé sur la planète poker, on l’a signé sur Winamax. J’ai tout de suite vu qu’il apprenait beaucoup au contact de l’équipe, avec de l’humilité. Je n’ai joué qu’une fois à sa table. Un joueur sérieux. Mais c’est un gars qui a déjà fait pas mal de perf ‘, au poker, mais aussi dans sa vie, comme porter au sommet l’un des duos les plus forts de France.

Tu seras aux championnats du monde (Las Vegas) ?
Je pensais, mais je vais tourner dans une série franco-israélienne, à partir d’un livre super, Unité 8200 de Dove Alfon (directeur de la rédaction de Libération, ndlr). Au départ, les dates étaient parfaites. Mais hier, on m’a dit que le réalisateur  avait un peu de retard sur un autre tournage . Donc, on décale. Le poker, c’est secondaire. Faire une bonne série, avec un rôle génial, c’est ma priorité…

2025, retour au poker, 2024 concerts, 2023 les salles ?
On annoncera bientôt les concerts pour 2024. Et non, non, le poker, c’est dès que ça se présente ! Je regarde les dates, et si je peux aller à Prague, le mois prochain ça me fera plaisir !

Encore une fois, sortie le 18 novembre
(Columbia / Sony)

Retrouvez notre interview du boss du Domaine de Leos dans notre cahier Grand Seigneur


Par 
Laurence Rémila & Margot Ruyter