IMAD TABET : « LA GÉNÉRATION Z S’ENGAGE À TRAVERS SON ARGENT »

A l’heure où l’Union européenne légifère pour un investissement plus conscient, où les néo-banques pullulent et où l’activisme ordinaire rencontre les envies de traçabilité, quel futur pour nos finances ? 

La réponse avec Imad Tabet, directeur du marché des particuliers du Crédit Coopératif, une banque coopérative tournée vers l’avenir, où les clients sont aussi propriétaires – et donc sociétaires –  de leur banque.

On veut consommer mieux, investir mieux, être plus précautionneux. Est-ce qu’une banque sent ce changement d’attitude envers l’argent et la notion même de richesses ?
Imad Tabet : Absolument. Ce nouvel air d’incertitude a fait augmenter les montants consacrés à l’épargne de précaution en 2020 – et freiner les crédits à la consommation. Quant aux produits de partages solidaires (comme le livret ou la carte Agir) – qui permettent de réaliser des dons à des associations choisies par les clients –, ceux-ci ont particulièrement mieux fonctionné ces derniers mois.

Le désir de suivi et de traçabilité est donc encore plus fort depuis la crise ?
L’envie de transparence et de traçabilité ne date pas d’hier. La génération Z s’engage à travers son épargne. La tendance qui se confirme en 2020, c’est un choix de la part des clients d’aider les initiatives écologiques en particulier. Le réchauffement climatique est devenu l’enjeu majeur. Bien investir son argent, cela permet aussi de dépolluer la planète ! 

Ce nouvel engouement oblige-t-il le secteur financier à se révolutionner ?
Révolutionner, non, mais réformer oui. L’Union européenne s’intéresse de plus en plus aux questions de traçabilité dans le secteur financier et des normes sont en train d’être élaborées dans ce domaine. Des néo-banques fleurissent avec pour promesse de la traçabilité et de la transparence. Lita, la plateforme de financement participatif, a d’ailleurs lancé récemment l’application Rift qui évalue l’impact social et environnemental de l’argent déposé dans votre banque, un peu comme un Yuka de la finance (application mobile qui permet de scanner des produits de consommation quotidienne et d’en connaître la contenance exacte, ndlr).

Vous œuvrez à la transparence bancaire depuis 10 ans. Vous voyez la traçabilité comme une mouvance essentiellement jeune ou plus transversale en termes générationnels ?
Cette mouvance est portée par la nouvelle génération qui a une sensibilité écologique plus développée. J’ai été en contact avec beaucoup d’associations étudiantes qui s’inquiètent et s’interrogent quant à l’impact carbone de leur partenaire bancaire. Ceci dit, c’est une tendance qui reste transversale dans le sens où l’engouement des jeunes irrigue les générations plus âgées qui s’y mettent également. 






Au Crédit Coopératif, vous travaillez « pour une autre économie et un autre avenir ». Comment envisagez-vous l’avenir de l’argent ?
Il y a une chose qui est sûre – mais je n’en vois pas encore l’horizon –, c’est la dématérialisation à terme de la monnaie et des moyens de paiements. Aujourd’hui, avec l’utilisation croissante des applications de paiement sans contact et de virement, c’est inévitable. Les chèques vont disparaître, c’est certain. L’argent liquide aussi, à terme, mais cela prendra plus de temps. La seule inconnue, c’est le moment où cela deviendra réellement concret. 

Et comment voyez-vous les cryptomonnaies ? 
Nous préférons nous intéresser à des initiatives de monnaies locales, avec une stabilité haute et une parité par rapport à l’euro. Il y a plus de 80 monnaies locales en France, qui contrairement à la cryptomonnaie, font vivre la vie économique locale et ne subissent pas les aléas de la spéculation financière. L’Eusko, par exemple, qui est un grand succès dans le Pays Basque, est la première monnaie locale d’Europe avec deux millions et demi d’actifs en circulation et une parité d’un Eusko pour un euro.

L’idée étant de « penser local » ?
Je dirais plutôt qu’il faut « penser global, agir local » ! Ce n’est pas parce que l’on pense global qu’il faut se désintéresser des actions de développement local autour de soi. L’amplification de la vente en circuit-court, qui est une tendance de consommation responsable en croissance, se retrouve aussi dans les initiatives de monnaies locales.

www.credit-cooperatif.coop

Par Carla Bernini