fbpx

GERARDMER : DU SANG SUR LE NET

GERARDMER

A cause de l’épidémie de Covid, la 28e édition du Festival du film fantastique de Gérardmer va se dérouler intégralement en ligne, du 27 au 31 janvier.

Gérardmer, son lac, ses belles forêts vosgiennes et son festival international de film fantastique. Sympathique en diable, le festival attire depuis 28 ans des fans d’horreur transis d’effrois et des réalisateurs accessibles pour une semaine de frissons absolument réjouissante, dans une ambiance décontractée et bon enfant. De plus, le festival est concocté par des sélectionneurs de goût qui au fil des années ont révélé une série d’auteurs renversants comme Peter Jackson (Créatures célestes), Hideo Nakata (Dark Water), Tomas Alfredson (Morse), David Robert Mitchell (It follows), Jennifer Kent (Mister Babadook) ou l’année dernière Ross Glass pour son tétanisant Saint Maud, qui déboule directement en VOD ces jours-ci.

Loups-garous, vampires et méchants insectes

Suite à l’évolution de la pandémie, Bruno Barde, directeur du festival, a pris la direction au mois d’octobre de faire cette nouvelle édition intégralement en numérique, afin d’être sûr que le festival ait vraiment lieu. Comme d’habitude, il a vu près de 300 films pour élaborer les différentes sections du festival, choisi des jurés (avec respectivement Bertrand Bonello et Pio Marmaï en présidents des longs et des courts-métrages). Puis la société Festival Scope a conçu la plateforme de ce festival en ligne.
Le 28e festival de Gérardmer va durer cinq jours, du 27 au 31 janvier, et une trentaine de films seront disponibles, à la séance (5€ le film) ou avec un Pass (50€, mais sold out). Les jauges sont limitées et les réservations ont débuté il y a trois semaines. Pour la compétition officielle, l’équipe du festival a sélectionné une série de films ultra-excitants. Tout d’abord, Possessor de Brandon Cronenberg, fils du géant canadien David Cronenberg, déjà réalisateur d’Antiviral. Où une tueuse mystérieuse au service d’une organisation secrète utilise une technologie révolutionnaire qui lui permet de prendre le contrôle du corps d’autrui pour ses assassinats. L’autre événement de Gérardmer, c’est La Nuée, du Français Just Philippot, qui signe à 38 ans un premier film passionnant, mix explosif entre les films d’invasion d’insectes et Petit Paysan, où il est autant question d’horreur viscérale que d’horreur économique. Il y aura également Teddy, une histoire de loup-garou dans… les Pyrénées, réalisé par les frères Boukherma, déjà auteurs d’un formidable Willy 1er, avec l’impeccable Anthony Bajon dans une composition au poil. Egalement à découvrir Boys from County Hell, un film de vampires britannique, The Cursed Lesson, un film de fantômes coréen, Host, une expérience satanique sur Zoom qui va dégénérer où les gros moustiques de Mosquito State
Egalement au programme, des inédits, des courts-métrages (Canines, Sous la mousse…) une Nuit décalée, avec trois films extrêmes (Cyst, Slaxx et Psycho Goreman), la Nuit rétro constituée de quatre films cultes : Chromosone 3 de David Cronenberg, The Addiction d’Abel Ferrara, Le Loup-garou de Londres de John Landis et X-Tro d’Harry Bromley Davenport.

A vos écrans… 

Par Marc Godin

Site officiel : www.festival-gerardmer.com.
28E EDITION DU FESTIVAL DE GERARDMER
Du 27 au 31 janvier
Billet à la séance 5 €
Les Pass Festival et billets à la séance sont mis en vente en nombre limité, comme dans une salle de cinéma.

GERARDMER