L’ÉDITO DU N°241 : LE RETOUR DU TOUCHER ?

Technikart Edito Remila

Mais quelle chance de se retrouver ici, avec ce Technikart tout entier placé sous le signe de la « touchette »… Déjà, vous êtes là, plus sexy encore que l’an dernier. Si si, je vous assure, ce bleu-ciel vous sied à merveille. Ne bougez surtout pas, restez exactement comme ça. Ah, perfection ! Et, si vous le permettez, et dans le respect des lois en vigueur, soyons aussi tactiles que possible.

Vous nous lisez peut-être en carressant ce bel et fier objet dans sa version papier. Ou alors en glissant délicatement vos doigts sur un écran suffisamment protégé des goutelettes l’eau. Les deux nous vont. Toujours est-il que vous bénéficiez de ce que nous qualifions dans notre grand dossier d’été de « retour du toucher ». Retour bienvenu après une période de disette où l’on cherchait à nous convaincre que nos activités professionnelles pouvaient toutes se faire via écran. Le jour où l’on pourra faire la fête pour de vrai – c’est-à-dire, comme on l’entend ici – grâce à un live YouTube, ou travailler de manière collective et créative en se branchant sur Microsoft Teams, faites-moi signe. Qu’on se mette sur Zoom pour les affaires courantes, pourquoi pas. Mais pour le reste, remettons vite les rencontres in real life à l’ordre du jour. En attendant ce jour béni, permettez-moi d’être nostalgique des rencontres faites, des événements organisés ou des voyages entrepris dans le « monde d’avant »…

La suite ? Nous sortons de ces mois singuliers avec une patate d’enfer (ou comme le dirait un de nos amis marseillais, « avec une forme que je qualifierai d’exceptionnelle »). Si nous poursuivons la déclinaison de notre stratégie de contenu à 360° (pour l’événementiel, il faudra attendre un peu), nous n’oublions pas pour autant le volet print. Comme si toute digitalisation se devait de passer par le papier. Et tout magazine, d’être aussi glam – et agréable au toucher – que possible.






Bonne lecture (vos mains sont propres ?),

Laurence Rémila
Rédacteur en chef