fbpx

TEST : LE PRÉSENTIEL VOUS REND-IL RAMOLLO ?

télétravail

Cher(e)s home-workers, à force de confondre votre canap’ avec votre bureau, auriez-vous oublié ce à quoi ressemblait vraiment la vie d’entreprise ? Attention, ce test vous fera détester vos collègues. 

Note de la direction_ Nous vous prions de ne pas flirtouiller avec l’informaticien(ne). Vous êtes suffisamment peu productif comme ça. (Photo : Love & Anarchy)

Depuis que vous êtes retourné(e) au bureau, vous rêvez en secret d’enchaîner les réus sous la couette, cappuccino fumant en main et masque mousse sur le visage. Et ce coup-ci, sans caméra, devoir écouter Carole digresser pendant une heure en hochant la tête pour montrer que vous êtes là et se forcer à sourire aux blagues de Marc, ça va deux minutes. Seulement voilà, votre boss n’a pas prévu un retour au télétravail pour l’instant, résultat, vous n’avez pas trop le choix. Et, entre vous taper vos collègues IRL et les aléas du présentiel, vos dossiers s’empilent. La faute aux collègues ou à votre nouvel état flagada ?  

1) Avant 10 h 30, vous êtes un zombie
Avec l’heure de métro que vous vous coltinez le matin et qui vous oblige à mettre un réveil à 7 h 15, vous n’êtes pas vraiment opérationnel avant votre deuxième café. Vous repensez à comment c’était, pendant le premier confinement, de se lever tous les jours à 8 h 45. Pas la peine de fusiller les gens du regard dans le métro, ils ne vous ont rien fait.
🧟‍♂️ 😴

2) Vous traînez à la pause clope 
C’est votre troisième pause café, il est 11 heures. Oui, mais c’est votre première pause clope. Ok, vous en avez grillé deux à la suite parce que vous écoutiez Carole qui s’est encore engueulée avec son mec hier, mais bon, vous êtes solidaire, tout simplement. C’est pas de la flemme. Esprit maison à fond. 
☕️ 🚬

3) Vous passez votre temps à maudire vos collègues
En plus, à la machine à café, vous avez été super rapide : il n’y avait que Marc. Il vous a tenu la jambe cinq minutes, puis vous avez réussi à vous éclipser en prétextant ce coup de fil à 11 h 15. Bon, après, c’est vrai, vous avez passé 20 minutes à ruminer au lieu de bosser – « Mais c’est pas possible d’être aussi c** ! »
📁 😤

4) Vous ne refusez pas un verre… ou deux
Parce que Bachelot a annoncé la possibilité d’ouverture des festivals cet été, vous arrosez ça pendant la pause déj’. Après 1 heure de digestion, vous avez travaillé quatre minutes. 
🍾
😤

5) Vous êtes de plus en plus misophone
Carole s’est mise au chewing-gum depuis que « ça donne bonne haleine sous le masque, tu devrais essayer ! ». Tout à l’heure, quand elle a commencé à faire des bulles, vous avez voulu l’étrangler. Résultat : vous avancez péniblement sur votre to-do list.
🙄

6) Vous devenez aigri
Pause clope de l’aprem, vous prenez une vingtaine de minutes pour bitcher avec Marie sur Marc et Carole. Vingt minutes de perdues, une thérapie de gagnée.
🤝

7) Vous vous passionnez plus pour les histoires des autres que pour vos dossiers
Camille raconte son plan cul de la veille à côté, pas très fort, mais bon, c’est un open-space. Vous gardez une mine concentrée en farfouillant dans des docs, mais en même temps, impossible de décrocher depuis l’anecdote de la succion d’oreille, suivie de « alors, excitant, non ? Tu valides ? » Vous avez explosé au « Tu valides ? », oups. Grillé.
😎 🤷‍♀️

8) Vous grappillez (encore) la dernière demi-heure
Bientôt 18 heures, honnêtement, ça ne sert à rien de se lancer dans un nouveau dossier. 
😏 👋

Réponse : + de 3 réponses positives : arrêtez un peu. Vous savez vous-même que c’est simplement de la flemme.


Par 
Rachel Lahaye