fbpx

TEST : ÊTES-VOUS UN SLISHER ?

slisher

Hier, le slasher exerçait différents jobs, pour différents patrons. Et aujourd’hui, le slisher cumule plusieurs boulots pour garder son/ses job(s) au sein de la même boîte. Démonstration.

Note du service Commercial_ Dior et Fendi sont deux marques estimables et nous nous désolidarisons de ce texte qui semble comparer M. Jones à un journaliste au bout du rouleau.  

Kim Jones, déjà directeur artistique de Dior Homme, a été nommé DA des collections femme de Fendi. A priori, il succède à Karl Lagerfeld qui lui aussi présidait au destin de plusieurs marques (Chanel, Fendi…). Sauf que Dior et Fendi appartiennent toutes les deux à LVMH. En fait Kim Jones est l’emblème (un peu mieux payé, certes) du Slisher. Une tendance de fond (coucou Olivier Lalanne, réd-chef de Vogue Homme mais aussi GQ au sein de Condé-Nast), dont nous pourrions tous être victimes. 

1) Quand votre patron vous dit : « j’ai une bonne nouvelle », c’est toujours mauvais signe
Généralement, après vous avoir expliqué à quel point vous êtes indispensable à la bonne marche de l’entreprise, il enchaîne sur le départ de Gérard… Qui lui n’avait rien compris à l’esprit de la boîte. Et, justement, ça tombe bien, désormais vous allez faire son travail en plus.
😎 👍

2) Vous êtes prié de mettre vos réseaux au service de l’entreprise
Pour les journalistes, ça a commencé quand leurs magazines ont mis leur Twitter, puis leur Instagram, au bas de leurs papiers. Aujourd’hui, votre entreprise attend que vous la fassiez briller sur vos réseaux sociaux. Mais attention, si vous diffusez sur votre mur un certain dessin de Xavier Gorce dans Le Monde, elle n’hésitera pas à se séparer de vous pour cette publication peu « en adéquation avec les valeurs de l’entreprise. »
🖋

3) Le savoir-faire, c’est bien. Le faire-savoir, c’est mieux
Vous avez bouclé le dossier Durand et réussit à limiter les dégâts sur le dossier Dupont. C’est un début, mais dans l’entreprise contemporaine ce n’est plus suffisant. Il faut que Jean-Jacques, le boss du pôle financier le remarque et en parle au vôtre. À quoi ça sert d’être un bon service si personne ne le sait ?
🗂 😤

4) Extension des horaires de la lutte
Avec le télétravail, le premier mail de votre N+1 arrive un peu avant 8 h du matin. Son dernier vers 23 h  Mais aujourd’hui c’est dur pour tout le monde, et c’est aussi un test pour savoir qui s’adapte à la nouvelle donne. Vous êtes tellement bon en relations fournisseur, ce serait dommage de ne pas profiter de vos qualités pour développer les relations clients.
💻 ✉️

5) Vous n’êtes plus un salarié mais un collaborateur
Au début, ça avait l’air sympa : potager bio sur le toit, cantine participative (vous deviez amener le riz complet chaque mardi). Et puis, un jour, on vous a fait une réflexion parce qu’il n’y avait plus de sucre à la machine à café. Maintenant, vous tremblez en allant aux toilettes. On n’a pas renouvelé le contrat de la femme de ménage, et si les WC sont sales, rien ne dit qu’on ne vous fera pas porter le chapeau.
🤝

6) Il faut apprendre à survivre au downsizing 
Avant, nos confrères de l’audiovisuel venaient nous interviewer à trois (un journaliste, un caméraman et un preneur de son), maintenant ils débarquent seuls avec un portable. Et regardent tellement leur écran qu’ils n’écoutent plus ce qu’on leur répond. On essaie de ne pas bafouiller pour qu’ils ne se fassent pas engueuler en rentrant. Les photographes ou les informaticiens voient également de quoi on parle.
📱

7) Vous êtes démodé
Cette fois, c’en est trop, vous êtes allé voir votre patron pour lui dire que vous ne pouviez pas faire la conception, la mise en forme et les feedbacks partenaire en même temps… Il vous à répondu : « Ce n’est pas plusieurs boulots, mais le même qui a évolué. » Vous pouvez mettre vos affaires en ordre. Vous n’avez pas su vous adapter.
👋

Réponse : Vous n’êtes pas un slisher. Mais vous vous avez pensé à devenir un néo-rural ?


Par
Pat Astroff