fbpx

Michael Petkov-Kleiner : « Revenons à l’essentiel : l’autofellation »

Michael Petkov-Kleiner

Sexe sous Corona

L’auteur du chaudard (et jouissif) Le rôle du plombier dans le porno et 9 autres enquêtes libidineuses (ed. Anne Carrière) a trouvé de quoi satisfaire votre libido confinée. Enfin, il paraît…

Dans votre enquête, Le Rôle fondamental du plombier dans le porno, nous apprenons que ce corps de métier bénéficie d’une vie sexuelle épanouie grâce aux clientes restées à la maison lors de leurs interventions. Mais comment vivent-ils ce confinement ? 
Michael Petkov-Kleiner : D’après les témoignages de première main que j’ai pu recueillir, les plombiers sont une denrée sexuelle assez appréciée chez les vieilles bourgeoises en mal de queue. Je tiens d’ailleurs à remercier « Belles-Dents » et « Stefan Edberg » (deux plombiers qui ont souhaités garder leur anonymat) pour m’avoir fait entrer dans l’univers très fermé de la plomberie, et pour m’avoir livré quelques secrets sur leur intimité professionnelle. C’est grâce à eux que j’ai pu commencer ce « voyage au bout de la bite ». En cette période de pandémie mondiale, je crois que les plombiers sont dans une sacrée merde et que leur chiffre d’affaire est en chute libre. Forcément, ils ont moins de taf, donc ils font comme tout le monde, ils font l’amour à leur tendre compagne ou bien ils se secouent le poignet sur des productions pornhubesques. Vu que les plombiers sont moins actifs ces derniers temps, je vais vous apprendre à réparer une fuite de lavabo, histoire que cette interview serve à quelque chose de cohérent : 1) Tout d’abord, déterminez l’emplacement de la fuite. 2) Dévissez à l’aide d’une clé́ plate le joint défectueux. 3) Remplacez-le par un joint neuf de dimension identique. 4) Revissez la partie fermement avec la clé́ plate. 5) Et voilà̀, le tour est joué et c’est une avancée intellectuelle majeure.

Michael Petkov-Kleiner


Le porno est au cœur de votre livre. Comment font vos contacts du métier en cette période de « distanciation » ?
Tout ce que je peux dire, c’est que le Docteur Selflove – le spécialiste mondial de l’autofellation – doit continuer à calmement se sucer le gland dans son appartement new-yorkais en attendant des jours meilleurs. Liza Del Sierra, la célèbre actrice porno surnommée « The French Anal Queen » dont j’ai eu la chance d’interviewer l’anus, est quant à elle infirmière à mi-temps. Elle doit donc être en première ligne en ce moment, et il faut lui souhaiter beaucoup de courage. Pensez à elle et envoyez-lui de la force, bordel ! Je crois aussi que Misungui, la performeuse/actrice qui m’a permis de lui poser des questions pendant qu’elle éjaculait de la vulve, vit aujourd’hui dans un camion quelque part dans la cambrousse. Sinon, hormis mes contacts, je crois que l’industrie du porn continue de tourner et s’est spécialisée dans le « coronavirus porn ». Règle 34 oblige. 

Qu’avez-vous appris de l’être humain au cours de ce voyage au cœur du sexe ?
Je crois que ces expériences m’ont redonné envie de croire en l’humanité, bien que celle-ci soit capable de secréter des êtres aussi merdiques que Christophe Barbier ou Jean-Michel Apathie. En exclusivité mondiale, vous pourrez d’ailleurs lire une scène de cul entre ces deux petites coquines dans mon livre. Oui, donc, re-croire en l’humanité. De louer sa capacité à créer des chefs-d’œuvre comme le film Edouard aux mains de bite. Au dernier chapitre du bouquin, je suis allé me confesser à Saint-Nicolas-du-Chardonnet pour expier mes péchés de pornographe. Ça m’a fait un bien fou sauf que le curé m’a refusé l’absolution. Je me suis alors tourné vers les satanistes américains, avec qui je partage quelques points de vue comme l’athéisme radical. Voilà, je crois que j’ai appris aussi que j’aime bien les êtres humains satanistes en fait. 

Avez-vous noté une différence dans votre mode de vie ou votre manière d’envisager les relations, quelles qu’elles soient, avant et après la rédaction du livre ?
La rédaction du Plombier a nécessité que je regarde des dizaines d’heures de films pornographiques en tout genre, mettant en scène par exemple des nains, des gens vaguement déguisés en Elvis Presley ou en Pokémon. J’y ai pris du plaisir, mais ces images ont durablement marqué mon inconscient, et cette pratique masturbatoire assidue a réduit en bouillie mon poignet. Il s’en est suivi après la parution du livre une période de rééducation que j’ai menée à bien par le visionnaire intensif des Carnets de Julie, une émission culinaire de très bonne facture. De la tarte aux poils je suis passé à la tarte à la rhubarbe. J’espère être un homme équilibré. 

En cette période de confinement, le fantasme – à défaut de multiplier les expériences – est de mise. Que faire lorsque l’on ne peut plus appeler son plombier ?
La presse foireuse vous le martèle : le confinement doit servir à « revenir à l’essentiel ». Revenons donc à l’essentiel. Devenez complètement autonomes en pratiquant l’autofellation ou l’autocunnilingus. Vous pouvez d’ailleurs suivre les conseils du Docteur Selflove pour y parvenir ici. Ou bien, il est vrai, vous pouvez explorer d’autres fantasmes comme l’exobiophilie, à savoir le sexe avec les extra-terrestres. À ce sujet, vous pouvez regarder le film E.T. the Extra-Terrestrial, un modèle du genre.


« La presse foireuse vous le martèle : le confinement doit servir à “revenir à l’essentiel”. »

Vous qui maîtrisez désormais l’art du plaisir comme personne, comment vous occupez-vous pendant ce confinement ?
Je bois beaucoup de vin rouge. Je fais des abdos. Je fais l’amour à ma femme. Il m’arrive aussi de jouer de la flûte de pan à mon balcon pour combattre cette saloperie de pandémie. Et puis, parfois, je m’essaye au plaisir prostatique à l’aide d’un petit godemiché adéquat, mais je ne suis qu’un humble débutant dans ce yoga anal. Je tiens aussi à dire que toutes ces activités ne se font pas toujours dans cet ordre précis. 

Cette période est, si l’on en croit certains, l’occasion de réfléchir à des sujets plus profonds. Quels sont vos grands questionnements ?
Merci de me permettre de terminer cet entretien par une ouverture métaphysique. Lorsque je suis face à moi-même, la première grande question que je me pose est : que sont devenus les acteurs et actrices du film The Uranus Experiment, le premier et seul film de boule où une scène a été entièrement tournée en gravité zéro. Et puis, des fois, je reviens à des réflexions moins essentielles, comme me demander si une certaine forme de nihilisme joyeux n’est pas la seule façon de supporter la connerie de ce monde. Finalement, le réel n’est-il pas infiniment cruel, absurde et beau ? Mais surtout risible. Infiniment risible, hein ?

Le rôle du plombier dans le porno et 9 autres enquêtes libidineuses (ed. Anne Carrière) 
lien Amazon


Entretien Félix A & Laurence Rémila