LSD LIGHT : GOBE, C’EST DU LÉGAL !

lds light de funes

Et si on rejouait le Summer of Love cet été ? Car grâce au 1cP-LSD, un acide aussi puissant que légal, une nouvelle révolution psychédélique pourrait bien être en marche. Explications.

Vous avez toujours rêvé de vivre le Summer of Love ? De goûter le sel de cette époque ultra-créatrice où le LSD coulait à flot ? L’été 2022 est l’occasion de vous rattraper. Car oui, le LSD est légal en France ! Enfin, plutôt son cousin, le 1cP-LSD, qui est tout aussi puissant, et disponible sur Google. 40 euros les dix buvards bien dosés – j’en atteste. Sorti du labo hollandais Lizard Labs, cet acide est l’œuvre d’un chimiste qui contourne la loi en modifiant la structure moléculaire des substances. Dès 2015, il crée le 1P-LSD, ce qu’on appelle un « research chemical » (RC), qui n’est pas destiné à être consommé, mais étudié… évidemment. Mais attention, la communauté RC n’est pas une bande de junkies, les psychédéliques sont pour eux une substance à part, et leur mission est politique. 

Nous sommes entrés en contact avec cet artiste de la molécule, l’un des seuls dans le monde à fabriquer du LSD en quantité industrielle, qui se décrit comme « entrepreneur, chimiste, ingénieur, penseur, bricoleur… peut-être artiste, je ne suis pas sûr de celui-là. ». Il nous explique : « J’ai créé le 1P-LSD car je crois que les psychédéliques devraient être accessibles à tous ceux qui veulent les explorer. Ce sont des outils très utiles pour sonder la psychologie humaine et le fonctionnement de la conscience. Le 1P-LSD a été la première substance que j’ai inventée, et une découverte assez fortuite, je ne m’attendais pas à ce qu’il fonctionne aussi bien ». Si le 1P-LSD est un secret de polichinelle en 2015, le plan se fait connaître en Allemagne vers la fin de la décennie. Avant qu’une loi allemande ne l’interdise en 2019, suivie par une loi française en 2020. Mais notre chimiste militant, ce résistant de l’ouverture des conscience, répond instantanément à ce « ban », et crée alors une nouvelle substance dès la fin 2019 : le 1cP-LSD. Ouf !

TRUMP & 1CP-LSD

Le 1cP-LSD reprend le marché là où le 1P-LSD l’avait laissé, pour le bonheur des explorateurs de la conscience, des adeptes du micro-dosage, ou des plus flamboyants fêtards. Mais c’est grâce à un certain Carl-Philipp Trump – un cousin éloigné du Donald – que les ventes explosent. En 2020, il ouvre à Berlin le LSD shop, une boutique où l’acide est en vente libre. La presse s’en empare, il leur explique qu’il veut créer le Amazon du LSD, et la machine est alors lancée. « Il a créé beaucoup d’attention, d’un coup tout le monde savait ce qu’était le 1cP-LSD, et les ventes ont explosé, on parle de millions de doses vendues… Ça a permis à énormément de personnes d’avoir accès à une première expérience psychédélique, mais ça a aussi attiré l’attention du gouvernement, et le 1cP a été interdit. C’est un peu “live fast, die young”… », explique Cookie, membre de Chemical Collective, un site engagé, qui vend du LSD légal. 






Rassurez-vous, si le 1cP est interdit en Allemagne depuis 2021, il est encore bien légal en France. Et le chimiste aux dents de plomb a déjà trouvé une solution à nos amis Allemands, en créant le 1V-LSD. Mais tout va très vite, et le 1V est déjà visé par une potentielle interdiction en Allemagne… Notre L-chimiste planche donc déjà sur sa prochaine création, et le jeu de ping-pong n’est pas prêt de s’arrêter. « De toute façon, les humains altèrent leur conscience depuis des milliers d’années, et ils continueront. » En plus d’être légaux, ces LSD permettent d’éviter le marché noir, le dosage est précis, et on sait exactement ce qu’il y a dedans… Alors pourquoi se priver ? Cookie nous rappelle d’ailleurs que, « l’industrie des RC ne sera pas là pour très longtemps, chaque année ça devient plus compliqué. Mais dans tous les cas, ça aura été une histoire incroyable. Entre le 1P, le 1cP, et le 1V-LSD, des dizaines de millions de personnes ont eu accès au LSD. Ce n’est pas encore visible, mais je garantie que ça aura un impact sur nos sociétés, la culture, etc. comme ça a été le cas dans les 60’s. » Il faut donc en profiter pendant que ça dure, et avant que Gérald « trouble-fête » Darmanin ne vienne y mettre son grain de sel. Alors, on se le fait, cet acid-summer 2022 ?


Par 
Jean-Baptiste Chiara
Illustration Alexandre Lasnier