DAVID FROSSARD, PARFUMEUR D’AVANT-GARDE : « NE PAS FAIRE COMME TOUT LE MONDE ! »

obvious parfum

Obvious, la marque durable du parfumeur David Frossard, fête son premier anniversaire. Composée à 80 % de matières recyclables, Obvious s’annonce d’ores et déjà comme l’avenir du parfum. Immersion olfactive.

Légende photo : UN MUSC_ By Obvious x Kitesy Martin (coffret eau de Parfum Un Musc et collier upcyclé Kitesy Martin)

« Il faudrait que toutes les marques fassent leur révolution. » Le ton est donné. À l’occasion du premier anniversaire de sa marque de parfums éthiques Obvious, David Frossard a réuni amis et professionnels à la Folie Barbizon, le nouveau repère des Parisiens branchés en quête de nature imaginé par Lionel Bensemoun, l’ex boss du Baron. Obvious est née après un voyage en Inde effectué juste avant le début de la crise sanitaire. « Nous avons commencé par traverser le désert du Thar. Nous avions tellement chaud que nous n’avions qu’une idée : rejoindre la côte et voir une plage. Nous avons conduit non-stop mais arrivés sur cette plage, nous avons découvert une plage couverte de plastique, de morceaux de tongs, de sacs, etc. Cette expérience m’a marqué et quand je suis rentré en France, j’ai voulu créer une marque éco-conçue car le luxe ne peut plus faire l’économie de la planète. » Une démarche qui lui a semblé évidente, d’où le nom donné à ces nouveaux parfums. « J’ai choisi le nom Obvious [évident en français, ndlr] car c’était une évidence pour moi de composer des jus éthiques. » Après un après-midi les mains à façonner tant bien que mal un set de tasses et à rouler vert dans les bois alentour, David Frossard nous enjoint à rejoindre le salon. Des cocktails maison nous sont servis. La soirée peut commencer. Jolie allégorie d’Obvious qui vient bouleverser le monde de la parfumerie, une tempête s’invite à la Folie Barbizon. Face à un parterre de convives assis sur un ensemble de coussins multicolores (chinés par le créateur de la Folie, of course), il nous explique sa démarche. « Obvious est à 80 % recyclable, des matières premières à l’emballage. Seule la pompe ne l’est pas, car cela n’existe pas encore. Notre pack n’est pas cellophané, tous les professionnels m’ont alerté en me disant que les gens voulaient des packs protégés. Nous avons pris le risque de ne pas le faire. Notre boîte est en fibre de coton et cellulose, notre capot en chute de liège et notre bouteille provient à 30 % de verre recyclé et est recyclable à l’infini », explique fièrement David. Et qui dit éthique ne veut pas forcément dire naturel. « Certains bois sont extrêmement rares donc on préfère reproduire la senteur synthétiquement pour ne pas utiliser les dernières ressources naturelles. Pareil pour le musc. À l’origine, on récupérait ça des glandes d’animaux comme la civette ou les chevrotains porte-musc. C’est une pratique cruelle ! Là encore, on fait appel au synthétique. » Restes de ses études de philosophie, le créateur d’Obvions fustige la parfumerie traditionnelle. « Il y a trop de story-telling. Cela dessert le produit car souvent, moins le parfum a d’intérêt, plus le storytelling est complexe. » Il préfère prôner l’authenticité et faire fi des égéries auxquelles fait appel pléthore de ses concurrents. « Quelqu’un qui a du style est quelqu’un qui choisit de manière éclairée les textiles, couleurs, formes adéquates. Il en va de même pour le parfum. Pourquoi porter un parfum parce qu’on a vu un acteur le représenter ? Cela n’a pas de sens. » L’idée d’une fragrance purement commerciale horrifie David Frossard, résolument attaché à la parfumerie de niche après quatre ans chez l’Artisan Parfumeur. Fondateur du groupe Différentes Latitudes, spécialiste des parfums rares, il est également à la tête de la boutique Liquides, un très chic bar à parfums situé dans le 3ème arrondissement. Un temple du « consommer moins mais mieux » dans lequel les équipes de David « guident le client pour qu’il trouve le parfum qui lui ressemble ». Pour Obvious, il a créé huit parfums quasi bruts : Une Verveine, Un Bois, Un Musc, Un Patchouli, Un Poivre, Une Fleur d’Oranger, Une Rose et Une Vanille. « Même si nos noms de parfums sont simples, nos compositions olfactives sont complexes et  réalisées dans les règles de l’art avec les plus beaux matériaux et de très belles matières naturelles venant de Grasse. Nous allons lancer Une Figue pour le printemps prochain. » Des parfums qui s’affranchissent également de la traditionnelle classification homme/femme. « Le parfum se rit des genres. Je suis tatoué et boxeur et je porte Un Musc qui est doux comme un duvet en coton… Le parfum doit donner libre cours à plus de liberté et de créativité. » Obvious !



www.obviousparfums.com – Liquides, bar à Parfums, 9 rue de Normandie, 75003 Paris.


Par Margot Ruyter
Photo Yagiza Studio