COMMENT ROMPRE AVEC SON DEALER

rompre avec son dealer

C’est la fin du confinement, et vous avez décidé de faire le ménage. Vous avez tissé avec le temps un lien intense et particulier avec votre dealer (qui, hélas, ne ressemble pas à Luke, de la série Grand Army, ci-dessus).  Vous souriez avec affection quand vous recevez ses messages (« Salut, dispo ket, L, C, taz MD, promo cette semaine »). Alors, comment faire pour lui dire adieu ? Nos astuces.

LA « PAS TROP PRISE DE RISQUE »_
La prochaine fois qu’il vous écrit, adoptez la méthode Édouard Baer pour se débarrasser des fâcheux : vous répondez « Désolée, Monsieur, vous faites erreur ». Et vous signez d’un prénom d’un autre âge. Un « Marie-Christine » fera largement l’affaire. 

LA PSYCHOLOGIE INVERSÉE_
Un peu complexe, assez manipulatrice, mais diablement efficace : devenez le client ultra-chiant. Faites des commandes compliquées que vous annulez à la dernière minute, changez d’avis toutes les deux secondes, trompez-vous de doses… Bref, rendez-le fou. 

LA « UNE DE PERDUE, DIX DE RETROUVÉES »_
Jouez la carte de la franchise et annoncez-lui solennellement la rupture. Tout en lui rappelant que vous l’avez mis sur des dizaines d’autres coups. Et que vous continuerez… 






L’APPEL À UN AMI_
Quand il s’agit de s’adresser à un dealer, clairement, vous perdez vos moyens. Envoyez donc un pote sympa lui expliquer que vous êtes atteint du Covid (variant hindou) et donc dans l’incapacité totale de prendre le moindre excitant jusqu’à nouvel ordre. Bye ?  

L’EXTRÊME_
Votre dealer est du genre sanguin ? Vous n’avez plus le choix : bloquez-le puis changez d’adresse. Voire de pays. Et de sexe, accessoirement (on n’est jamais trop prudent).

LE COMÉDIE FRANÇAISE_
Feignez la folie pour le faire fuir. Faites-vous passez pour un autonépiophile : habillé de votre plus belle couche, vous lui sautez dessus en bavant quand il vient vous livrer. Efficace (on a testé avec les huissiers) !


Par Léontine Behaeghel