fbpx

Trouvez l’amour en open space !

Décryptage des lieux où passer à l’action, avec leurs avantages, leurs inconvénients. Il ne vous reste plus qu’à sélectionner le collègue idéal et respecter la méthode PVB (Planifier-Vérifier-Batifoler), pour prendre votre pied sans vous faire choper !

Photo de couverture : Edouard Levé, courtesy Galerie Loevenbruck

La théorie

Le philosophe belge François de Smet, auteur d’Eros Capital, défend la nécessité d’une sexualité épanouie, chez soi comme au bureau.

Coucher avec un collègue de travail, c’est une nouvelle forme de parité ?Les relations nouées au travail sont légion, ce qui est logique puisque c’est là que les travailleurs passent le plus de temps et nouent des rencontres. Mais il me semble, en réalité, qu’elles sont davantage propices à des histoires de longues durées qu’à des rencontres éphémères ; dans celles-ci, et si nous ne recherchons qu’un « one night stand », nous aurons tendance à privilégier des personnes que nous ne sommes pas susceptibles de croiser rapidement.Eros et Ego ne sont jamais très distants l’un de l’autre.Une sexualité frustrante peut-elle être un frein selon vous notre productivité professionnelle ?

Lire aussi : Chemsex : le grand retour des partouzes sous psychotropes

Le culte de la performance est partout, au bureau comme dans la chambre à coucher, et on peut imaginer qu’il y ait des vases communicants. Ceux (et celles) qui combinent exclusion professionnelle et exclusion du marché sentimental et sexuel constituent à mon avis des cocktails dangereux. On a vu combien des hommes esseulés et frustrés, parfois réunis en meute, peuvent harceler ou agresser des femmes. Il y a là un véritable danger, qu’on ne mesure pas assez parce qu’on tient absolument à séparer sphère publique et sphère privée; mais l’exclusion du « marché» sentimental et sexuel d’un nombre important d’hommes et de femmes est une réalité qui devrait constituer un sujet politique en tant que tel.

Eros-capital livre

Le romantisme n’est qu’une construction sociale ? Je crois que le champ du romantisme et de la séduction tient dans l’ambivalence, le clair-obscur, le jeu qui se déploie entre deux êtres qui s’attirent, et se racontent un récit des possibles– il se trouve que souvent ces êtres ne se font pas le même film, et que lorsque c’est le cas, alors seulement, une histoire est possible. Mais tout le charme du romantisme est là ; faire monter les désirs en faisant se croiser champs des possibles et signes de la réalité.

Du coup le bonheur, c’est quoi ? Aimer, baiser, parler quand on veut et avec qui on veut ?

Les uns seront parfaitement épanouis avec des relations éphémères voire compulsives, les autres ont besoin de relations longues et construites, où peuvent se développer des émotions d’attachements, et sans doute la plupart d’entre nous ont-ils besoin d’un peu des deux… Le plus important, sans doute, est de trouver des moyens de nous épanouir et d’assouvir nos désirs sans que l’autre n’en soit jamais qu’un pur objet, mais un partenaire à part entière. Nous recherchons tous, je pense, ce cocktail improbable.

Lire aussi : Stagiaire un jour, galère toujours !

bureau plan
Image: courtesy Bizdaq

La pratique

Une pause sexe ? 

Le Code du Travail prévoit la possibilité d’une pause de vingt minutes toutes les six heures, sans préciser l’activité… et pourquoi pas une « pause sexe » ? Un dénommé Per-Erik Muskos a fait une proposition à ses camarades du conseil municipal d’Övertorneå en Suède : offrir une pause sexe à tous les employés de la commune pour leur permettre d’aller se défouler chez eux, entre deux dossiers d’apurement comptable.

Où se donner du plaisir ?

L’open space, véritable catwalk du bureau, où l’instinct de chasseur de l’homme et les atouts de séduction de la femme sont décuplés, l’open space est le lieu où vous pouvez mater en toute discrétion, mais aussi échanger un regard complice avec votre collègue qui dit « si seulement ils savaient ! », surprendre la réaction d’une target à la lecture de votre sexto ou autre mail enflammé, envoyé depuis votre adresse pro, sinon c’est pas drôle ! 

La salle de stockage ou « salle de prière » pour les intimes, idéale pour la pratique du jobsutra, ou kamasutra au boulot (retrouvez 50 positions adaptées au matériel de bureau dans le guide Comment faire du sexe au bureau ? de Mats & Enzo) . Pièce réputée la plus discrète, elle est idéale pour les ébats.

Sur la photocopieuse ? L’objet clé de cette usine à fantasmes qu’est le bureau.

À côté de la machine à café ? Lieu des échanges de potins et de prise de carburant. Où croiser Véro de la compta et Pascal du sous-sol, qui s’éclipsent parfois ensemble.

Lire aussi : Mais à quoi peut bien ressembler la vie sexuelle des gynécos ?

Dans les toilettes ? Le seul endroit où les caméras de surveillances sont interdites, terrain de jeu idéal pour vos liaisons dangereuses. Un petit mot « en panne » sur la porte et hop ! Utile « dress for sex-ess », des vêtement qui s’enlèvent facilement. Attention au rouge à lèvres les filles, et on n’oublie pas de se recoiffer !

Cédric Hougron et Albane Chauvac Lao