SELECTOR — LE TOP 10 MUSIQUE 2022

DISIZ LAMOUR

1 – L’AMOUR – DISIZ

On ne connaissait quasiment rien à la discographie de cet individu avant d’écouter un peu par hasard son nouvel album. Visiblement, Disiz a morflé en divorçant – il était marié depuis vingt ans avec la mère de ses cinq enfants. Au fond du trou, il s’est souvenu qu’une rupture peut donner des grands disques : Rumours de Fleetwood Mac, Here, My Dear de Marvin Gaye, 808’s & Heartbreak de Kanye West… Enfin un peu de sincérité dans le monde de la pop, plus falsifié que jamais : Disiz fend l’armure, écrit des paroles qui font mouche, trouve de belles mélodies et enrobe cette soul dans un son moderne à la Frank Ocean qu’on n’a pas l’habitude d’entendre au pays des Victoires de la musique. Superbe.
(Carré Bleu/Sublime)

 

phoenix-alpha-zulu

2 – ALPHA ZULU – PHOENIX

Phoenix n’a jamais déçu depuis ses débuts en l’an 2000. On retrouve dans cet album leur don pour la mélancolie cool façon Strokes. De l’artisanat de luxe à la française.
(Loyauté/Glassnote)

 

weyes-blood-and-in-the-darkness-hearts-aglow

3 – AND IN THE DARKNESS HEARTS AGLOW – WEYES BLOOD

Un peu moins inspirée, la grande prêtresse californienne reste malgré tout sur le podium. Et prouve que le folk, genre mort au XXe siècle, peut redevenir vivant au XXIe.
(Sub Pop)

 

JACQUES

4 – L’IMPORTANCE DU VIDE – JACQUES

A priori : un petit pitre farfelu inoffensif à la Philippe Katerine. En vérité : un authentique excentrique, sorte de poète dada plus profond qu’il n’y paraît. Surprenant.
(Recherche & Développement)

 

Charli_XCX_Crash_Album_Cover_artwork_review

5 – CRASH – CHARLI XCX

Certes, elle ne cherche pas toujours le bon goût. Ça nous change de l’indie bobo. Rayon pop qui tache, elle reste la meilleure. Beyoncé & Cie peuvent aller se rhabiller.   
(Asylum/Warner)

 

Maud_GEFFREY

6 – AD ASTRA – MAUD GEFFRAY

Rien à voir avec la précédente – elle en serait même l’exacte inverse. Plus fine, plus triste, mais tout aussi pertinente. À écouter pour voyager jusqu’aux étoiles.
(Pan European)






 

THE FANTASY

7 – THE FANTASY LIFE OF POETRY & CRIME – PETER DOHERTY & FRÉDÉRIC LO

Contient l’une des plus belles chansons de l’année : « The Epidemiologist ». Cela fait bizarre à écrire, mais Doherty n’a jamais aussi bien chanté que sur ce disque…
(Water Music/Virgin)

 

KOUDLAM

8 – PRECIPICE FANTASY PART. I – KOUDLAM

Koudlam, mais aussi Sydney Valette et Jean-Michel Jarre : version crooners ou instrumentale, l’avenir de l’électro continue de s’inventer au vieux pays de Pierre Henry.
(Pan European)

 

THE WEEKND

9 – DAWN FM – THE WEEKND

Il n’a pas travaillé pour rien avec Daft Punk par le passé. Dans la chienlit du mainstream, The Weeknd se distingue par sa recherche formelle. Il n’a pas de concurrents.
(Universal)

 

10 – TOUGH BABY – CRACK CLOUD

Pour finir ce top, quoi de mieux qu’un disque désaxé, déviant, voire carrément crasseux ? On dirait John Lydon et Shane MacGowan tapant le bœuf dans un squat. Bien secoué.
(Meat Machine)

 

-1 POUBELLOSCOPE : SAINT-CLAIR – BENJAMIN BIOLAY

Il essaie désormais de faire du rock ricain. Complètement à côté de la plaque, hélas. Et les paroles…
(Romance Musique)


Par Louis-Henri de La Rochefoucauld