SCALI DELPEYRAT : « JE CROIS AU POUVOIR CONSOLATEUR DE LA LITTÉRATURE. »

SCALI DELPEYRAT

Scali Delpeyrat, acteur, auteur et metteur en scène spotted dans Baron Noir et Engrenages, au cinéma chez (entre autre) Léa Fazer et Agnès Jaoui, et sur les nombreuses planches des théâtres français, fait des premiers pas littéraires remarqués avec Je ne suis plus inquiet, aux éditions Acte Sud. 

On se rappelle souvent des gens que l’on a connu par des détails précis et incongrus, des habitudes anodines et des moments fugaces. On peut oublier tout un pan de son enfance ou un visage pourtant aimé, et se rappeler distinctement d’un unique soir d’été des années auparavant. La main dans celle de son père pendant une traversée de jardin pittoresque, éclairée à la lumière d’une vieille lampe torche. C’est de cette façon – par petites touches –, que Scali Delpeyrat se raconte, et c’est une belle manière de le faire. C’est à travers 63 moments-souvenirs, que le dramaturge compose le portrait d’un homme quitté par la sérénité qui, plongé dans une vie parisienne parfois absurde, est soudainement confronté à la mort de son père. D’une salle d’attente de médecin angoissante ou à la table d’habitués du restaurant d’en bas, l’auteur nous ouvre les portes des mécanismes de l’intimité ordinaire et de leurs lapsus à peine cachés, dans un récit qui met en exergue la justesse des sentiments.


DES PLANCHES AU PAPIER

Je ne suis plus inquiet est un monologue d’abord destiné aux planches (qui fut joué au Théâtre de la Ville de Paris) avant que, sous les conseils de son éditrice Claire David, l’auteur le transforme en un court livre. Les 62 petites histoires aux sonorités et à l’ironie alleniennes trouvent toute leur logique quand on les regarde comme ce qu’elles sont, une mosaïque de moments clés qui se dégustent comme le verre de vin précieusement versé du vendredi soir (sans culpabilité et avec beaucoup de plaisir). Dans son court roman, l’acteur raconte son enfance burlesque dans le Sud-Ouest, ses origines gasconnes et juives, la difficulté d’aimer ceux qu’on aime le plus et l’histoire de ses ancêtres avec toute l’ironie, l’humour et la finesse qui rendent les histoires personnelles, universelles.






Je ne suis plus inquiet, Scali Delpeyrat, Collection Au Singulier, chez Acte Sud, 63 pages, 13,50 euros


Par Carla Bernini