fbpx

LA CHRONIQUE DE SACHA ET AUGUSTIN : C’ÉTAIT COMMENT… LE WOODY ALLEN ?

woody Allen technikart

Parfois surnommé « le New-Yorkais volant » ou encore « l’Iguane », Woody Allen, inventeur du très célèbre acronyme ATAB (All Therapists Are Bastards), publie son autobiographie Soit dit en passant. On l’a lue.

 

sacha augustin technikart POINT FORT 

Le réalisateur nous livre des détails sur sa vie que même les plus grands fans d’entre nous ignoraient complètement jusqu’alors, comme sa passion pour le jazz ou sa judéité.
Toujours très inspirant de parcourir la vie de quelqu’un qui a commencé à gagner de l’argent très tôt avec un succès immédiat, n’a jamais connu de galère de sa vie et qui est devenu immensément célèbre dans le monde entier sans aucun obstacle.
L’auteur met en lumière, avec beaucoup d’humour et de tendresse, les petits travers du quotidien comme la pédophilie.
Il fait également valser avec le sourire les préjugés sur la pédophilie.
Un bon livre qui plaira aussi bien aux pédophiles qu’à ceux qui ne sont pas pédophiles.

 

sacha augustin technikart POINTS FAIBLES 

On aurait préféré qu’il présente ses excuses pour Minuit à Paris plutôt que pour son prétendu viol.
Beaucoup trop de name droppings, le lecteur se retrouve obligé de googler « Mort Sahl » ou « Shoah ».
Son entêtement à utiliser une machine à écrire alors que nous sommes tout de même au XXIe siècle. Peut-être a-t-il peur de Clippy, le petit trombone de Microsoft Office, qui est le symbole en psychanalyse freudienne du « pénis du père » / « pénis absent de la mère ».

sacha augustin technikart LE SAVIEZ-VOUS ? 

Le psychiatre de Woody Allen a gagné plus d’argent durant sa carrière que le caddie de Tiger Woods.

woody allen technikart

TRUE STORY_
Le bouquin se fait une place au top des ventes dès sa sortieUS.EnFrance, Manu Carcassonne le récupère pour Stock. Passionnant, non ?

L’AVIS DE SACHA

« Il me fait tellement délirer avec ses grosses lunettes ce con. »

sacha augustin technikart L’AVIS D’AUGUSTIN 

« Mon idéal d’humour c’est Woody Allen : un humour fin, ses films ne sont jamais vulgaires, on ne verra jamais un personnage faire caca ou pipi, ni même roter ou péter : c’est ce qui s’appelle l’élégance pure… Alors que des mecs comme Bigard, Aristophane, Plaute, même Juvénal, c’est des gens vulgaires pour moi, j’aime pas du tout. »

CONCLUSION

L’autobiographie tant attendue du célèbre acteur du film Paris-Manhattan (2012) avec Patrick Bruel ne déçoit pas. Qu’on lui file le Nobel de littérature putain de bordel de merde. Rien que son divorce avec Mia Farrow restera comme la bataille d’Hernani du XXe siècle.