KOREAN KULTURE LOVERS : HALLYU* ? HELL, YEAH !

KOREAN KULTURE LOVERS

King de la K-pop et des K-dramas partout dans le monde, le Pays du Matin calme surfe avec brio sur cette « vague coréenne » (Hallyu) . Son Excellence Yoo Dae-jong, ambassadeur de la République de Corée en France, nous explique le phénomène. 

Le succès viral de la culture populaire sud-coréenne est indéniable. Quels en sont, selon vous, les tenants et les aboutissants ? 
M.YOO Dae-jong : L’histoire et la culture de la Corée, si elles étaient jusque-là peu connues du monde occidental, demeurent d’une finesse et d’une richesse millénaire et rarement égalée. Son histoire contemporaine, la proximité géographique de ses rivaux historiques, sa capacité à surmonter les difficultés et son relatif isolement, ont forgé sa culture. Elle a su conjuguer modernité et tradition depuis cinquante ans en digérant les tendances extérieures culturelles et en les exprimant à sa manière, et finalement transcender ses frontières pour devenir un pont entre la culture occidentale et la culture asiatique. Aujourd’hui, c’est surtout la culture populaire (cinéma, animation, musique) avec la K-pop et les K-dramas qui voyagent à travers le monde, font la joie de ses spectateurs et la fierté des Coréens. Le succès de la vague coréenne découle en partie des politiques du gouvernement coréen pour soutenir le secteur culturel, qui s’articule autour de l’idée de « soutenir sans intervenir ». Même s’il est vrai que des efforts ont été déployés par le gouvernement pour créer un environnement favorable aux créateurs, le soutien du gouvernement demeure principalement axé sur le financement, la formation des professionnels de l’industrie du contenu et le renforcement des infrastructures du secteur culturel, tout en s’assurant que l’autonomie de ce secteur est bien préservée. Je pense que cela permet d’expliquer pourquoi nous pouvons voir de nombreux contenus coréens créatifs de nos jours. 

Qu’en est-il des aspects moins connus de la culture du pays ? 
L’épanouissement de la culture coréenne dépasse largement son seul aspect populaire, et prend racine à tous ses niveaux ; notre alphabet hangeul par exemple, inventé par le Roi Sejong il y a 500 ans, se révèle d’une efficacité redoutable de simplicité dans le domaine du numérique, mais aussi en termes d’assimilation (la Corée du Sud trône parmi les pays avec le plus haut taux d’alphabétisation, ndlr). La musique traditionnelle qui accompagne les cérémonies officielles et fait partie intégrante du folklore national est d’une rare beauté qui mérite le détour. Je pense aussi à la littérature moderne, qui est un reflet unique de l’histoire du pays, en ce qu’elle est empreinte des thèmes de la transition sociale, des conflits historiques et des réalisations économiques, si chers à notre inconscient national, conjugués à des perspectives esthétiques et philosophiques. Ou encore l’histoire et la pratique des arts martiaux qui, elles aussi, sont à la fois séculaires et contemporaines. Si vous souhaitez en découvrir un peu plus sur les différentes facettes de la culture coréenne, je vous invite à vous plonger dans la série Exception Kulturelle, diffusée sur la chaîne YouTube de l’Ambassade. 
 

« LA CULTURE N’EST PAS FIGÉE, ELLE EST MOBILE ET NAÎT D’UN BESOIN PROFOND D’EXPRESSION. »

 

Comment définiriez-vous le style sud-coréen ?  
L’architecture de Séoul est un exemple frappant de ce qu’on pourrait définir comme le style coréen ; au sein d’une même ville se côtoient des immeubles modernes gigantesques et des édifices royaux, ainsi que des maisons traditionnelles. Mais les uns comme les autres cohabitent dans une harmonie subtile entre modernité et tradition, qui reflète admirablement les valeurs asiatiques et occidentales de la culture contemporaine de la Corée du Sud.

Comment expliquez-vous la fascination culturelle réciproque entre la France et la Corée du Sud ?  
La relation entre la Corée et la France est une histoire d’amour et d’admiration mutuelle qui dure depuis bien plus longtemps que l’on imagine. Ses relations diplomatiques, d’abord, existent depuis 1886, mais avant cela, il y avait des échanges avec les missionnaires français et le premier Ambassadeur de France en Corée au XIXème siècle. Il s’agit aussi d’échanges culturels avec la publication en français des premiers textes coréens imprimés avec des caractères mobiles en métal (100 ans avant Gutenberg), dont l’impression originale est d’ailleurs à la Bibliothèque nationale de France. C’est donc d’abord notre histoire commune qui nous lie, et les deux pays se ressemblent beaucoup plus qu’on ne le croit. Ce sont aussi nos patrimoines et nos arts de vivre riches et sophistiqués, qu’on pourrait appeler notre « côté latin », qui facilitent nos échanges et nourrissent un respect mutuel. D’ailleurs, les Coréens et leur culture sont très implantés en France, avec plus de 200 restaurants à Paris, et d’autres en régions (notamment à Lyon avec le premier chef étoilé coréen) ; le Festival du Film Coréen (dont la 16ème édition vient de se tenir à Paris du 26 octobre au 2 novembre) ; mais aussi 3500 élèves français qui apprennent le coréen. Le Centre Culturel Coréen est un acteur clé du rayonnement de la culture en France et organise de nombreux événements : expositions, concerts, spectacles de danse, rencontres avec des auteurs, ou compétition de taekwondo. 






Quelles sont les particularités françaises et coréennes dont chacun pourrait s’inspirer ? 
C’est une question difficile, mais je crois que la France brille d’une tolérance et d’un sentiment de cohésion qui est un souffle de fraternité, quand la Corée du Sud peut se targuer d’une réactivité à toutes épreuves (la gestion de l’épidémie de Covid-19 étant un exemple frappant).

La culture est-elle indissociable du sentiment d’appartenance à un pays ?  
La culture est inhérente au sentiment d’appartenance, mais la culture n’est pas figée, encore moins de nos jours, elle est mobile et naît d’un besoin profond d’expression. Elle galvanise les peuples et partage leurs expressions propres, en étant à la fois intime et partagée.

Le soft power est-il, selon vous, l’avenir de la politique internationale ? 
Le soft power est un élément incontournable de la politique internationale aujourd’hui, même s’il n’efface pas l’importance capitale du hard power, il permet de se trouver une place sur l’échiquier mondial et de faire voyager sa culture, sa technologie et ses idéaux politiques. La super connexion du monde grâce aux outils numériques donne un poids inédit à la culture et félicite ceux qui prennent le risque d’oser la faire voyager, à l’instar de la Corée du Sud qui a mis l’accent sur cette voie et a su en tirer profit. 

 

Par Melchior Riant