fbpx

Randico, notre révélation Deep House

rancido-dieu-deep-house

Rancido, est sans aucun doute un des futurs grands, d’ores et déjà repéré et signé par Innervisions. D’abord fan de hip-hop, c’est par sa mère qu’il découvre le monde de la House.

Quand as-tu démarré la musique ?
J’ai démarré le lien avec la musique très tôt sans doute à l’âge de 12 ans. En plus d’une écoute vorace de tous les styles de musique, ma spécialité était alors de créer des compilations Hip-Hop et Funk pour tous mes proches. Sur cassette puis CD. Chacun avait droit à sa playlist de « DJ Albert ». J’en faisais des cadeaux à tout le monde pour toutes les occasions ou même sans raisons.

Qu’est ce qui t’y a amené ?
Au fur à mesure, j’ai voulu aussi apprendre à jouer tous ces sons que j’avais durement cherché et stocké dans les soirées de mes amis et même pour les repas de famille. Je voulais passer de la musique partout ou je pouvais. D’abord avec mon ordinateur avec logiciels de mixage et ensuite sur platines clés USB et enfin sur vinyles.

Comment tu décrirais ta musique ?
Je décrirais ma musique comme une Deep House avec une influence africaine et une volonté de transporter les gens par l’énergie, l’histoire et la sensibilité.

Tu as déjà sorti tes propres productions ?
Je n’ai pas encore sorti d’EP mais je produis un peu. Pour le moment avec ou sans samples selon l’inspiration.

Comment est né  le concept « Solstice invite… » ?
Le concept est né en mai 2016, l’idée est d’inviter 1 DJ rare à Paris qui m’inspire, qui m’entoure ou qui émerge à partager une date dans différents clubs. C’est un moment de partage et de rencontre artistique qui est généralement suivi d’un vrai lien entre les artistes car on prend le temps de déjeuner ensemble, de s’échanger des idées etc. C’est vraiment enrichissant.

Qu’est ce que ça représente dans ta vie de DJ ?
Quand on est Dj, on est souvent amené à travailler seul. C’est clairement un métier de solitaire car on passe beaucoup de temps en retrait avant de passer derrière les platines pour quelques heures seulement. Les « Solstice invite… »  sont une occasion de créer un lien et un partage fréquent avec d’autres artistes et d’initier des échanges, de créer une petite communauté. Il y a déjà d’ailleurs un groupe secret sur les réseaux.

À quelle fréquence ont lieu les soirées ?
Une fois par mois.

Que peux-tu dire de la prochaine programmation au Rex ?
C’est doute celle que j’attends le plus. Déjà parce que c’est ma première au Rex qui fête ses 30 ans en plus. Le lieu est historique est c’est un honneur de pouvoir y jouer. La  dernière Solstice invite avec Para One a été un gros succès donc j’en attend beaucoup de cette soirée et j’espère que public sera au rendez-vous pour accueillir les prodigieux Auntie Fo et Rancido qu’on ne présente plus.

Quels artiste admires-tu ?
David August, Rampa et Superpitcher sont ceux qui me viennent en tête les premiers. Mais aussi Radiohead, Lenny Kravitz ou Koffi Olomidé. En fait j’admire plein d’artistes de divers horizons pour des raisons très différentes. 

Propos recueillis par Stéphanie Swi