fbpx

C’ÉTAIT COMMENT… LEONARD COHEN ?

On croyait tout savoir de l’interprète de « Don’t Worry Be Happy », or quand il n’était pas occupé à « tocar la guitarra » selon ses propres termes, Leonard Cohen s’adonnait à la peinture dont le niveau se situait entre le Caravage et Hitler. Il aura également été poète, romancier et veuf… mais encore ?

 

sacha augustin technikart POINT FORT 

La frise chronologique montrant son taux de choléstérol à travers les décennies.
On prend plaisir à croiser au fil des pages d’autres figures culturelles comme Bob Dylan, Joni Mitchell, Janis Joplin et surtout son grand ami Jon Bon Jovi.
Énorme boulot de l’autrice qui a dû y passer des heures.
En près de soixante ans de carrière, Leonard Cohen aura endossé tous les costumes possibles tel un caméléon, d’où son surnom de « l’iguane ».

 

 

 

sacha augustin technikart POINTS FAIBLES 

Les trops nombreux paragraphes se terminant par «(référence nécessaire)».
De la musique de stade si les tribunes s’effondraient.
L’auteure se concentre trop sur la vie du chanteur alors que des événements marquants ont eu lieu bien avant sa naissance comme la Commune ou le Paléolithique, importants pour le contexte !
Un tour d’horizon complet de la vie de Leonard : depuis son enfance montréalaise, l’insouciance des années 60 sur une île grecque, ses addictions, ses cinq ans de retraite dans un monastère bouddhiste en Californie, jusqu’au triomphe des dernières tournées et à son changement de sexe.

sacha augustin technikart LE SAVIEZ-VOUS ? 

Son premier album Songs of Leonard Cohen est passé disque d’or quand les critiques ont uriné dessus.
Sur scène, Leonard Cohen aimait à alterner ballades et titres plus rock.
Après avoir pris des amphétamines, certains font de la tachycardie, d’autres finissent dans la B.O. de Shrek.

cohen

Sylvie Simmons – I’m Your Man, la vie de Leonard Cohen (L’Echappé)

L’AVIS DE SACHA

« Il parait que les plantes réagissent à la musique. J’ai fait écouter Hallelujah à mes tulipes et elles sont mortes. »

sacha augustin technikart L’AVIS D’AUGUSTIN 

« J’ai appris sa mort un petit peu avant tout le monde mais le choc, l’émotion, sont les mêmes que pour vous. J’ai regardé un peu les paroles de ses chansons et ça veut rien dire. Mon avis ? Encore un qui cherchait à obtenir des papiers en misant sur sa queue qu’il pensait irrésistible. Les féministes ont du mouron à se faire avec de tels étalons obsédés par le cul… »