ACID ARAB : ORIENTAL HOUSE 

ACID ARAB

POWERLIST TECHNIKART : LES 100 QUI PEUVENT SAUVER 2021

CV_
Les DJ’s Guido Minisky (le fanzine Antijour et les soirées mixtes du jeudi au Pulp, c’était lui) et Hervé Carvalho ont lancé le groupe en 2012. Depuis, le duo est devenu quintet avec l’arrivée de Pierrot Casanova, Nicolas Borne et Kenzi Bourras. En 2016 sort Musique de France, son incendiaire premier album, aux mythiques Crammed Discs. L’hydre à cinq têtes a depuis fait le tour des clubs et des festivals du monde entier, et publié un second album en 2019, le plus posé Jdid, tout en développant un « style en soi » porté par des collaborations fécondes (Amar 808, Sofiane Saidi, Cem Yıldız)…

Votre devise ?_
« Notre fil conducteur est de trouver un juste mélange entre les sonorités électroniques et orientales, sans utiliser la musique arabe comme une tapisserie. »

2022 ?_
En mars, le groupe reçoit un mail de l’équipe de Demna Gvasalia, le directeur artistique de Balenciaga. Résultat ? Un hoodie vert pétant avec le logo du groupe. « Ils nous ont soumis quelques modèles, on a fait des modifications. Et ensuite, on a joué à leur after-show pour le défilé de New-York (mai 2022) ». Ils se produisent également dans le désert de Marrakech pour la présentation de la collection été 2023 de Saint Laurent.






Le titre de l’année ?_
« Disco Maghreb », de DJ Snake.

2023 ?_
Leur 3e album à paraître le 3 février 2023 : ٣ (il s’agit du chiffre trois en arabe) traduit leur envie d’accélérer le BPM. « Même si le résultat n’est pas aussi rapide qu’on le souhaitait au départ, on avait envie de faire des musiques de club. » Et le 9 février, ils seront en tête d’affiche à l’Olympia, Paris. Sans oublier les soirées labellisées Acid Arab au Rex Club (Paris), mais aussi à Berlin, Rouen, Bordeaux et Lyon.


Par Alexis Lacourte