fbpx

« SI J’ÉTAIS B.G. ?! »

violante sexe

CHRONIQUE

Jeu sulfureux, jeu dangereux, l’envoi de nudes et de dick-pics fait désormais trembler tout le pays. Notre chroniqueuse s’y est frottée et nous raconte.

Avant de me dépuceler, je passais mes soirées sur Chatroulette jusqu’à trouver un type pas trop dégueulasse à qui filer mon adresse MSN. J’avais 14 ans et mes journées maussades d’adolescente n’étaient égayées que par la perspective de le retrouver chaque soir en vidéo sur mon écran. Montrer ma tête présentait un danger énorme, alors j’ajustais ma webcam de façon à ce qu’elle soit coupée. Lorsqu’inévitablement, il a un jour aperçu mon visage, j’ai pensé que de porter un masque serait plus sûr. Mais c’était trop tard. Il devait avoir 35 ans et pris conscience que cette histoire de corps prépubère masqué sur lequel il se branlait quotidiennement sentait le roussi. Avec regret, il m’a expliqué que c’était en quelque sorte craignos ou illégal et que notre amourette virtuelle devait cesser. Les garçons que j’ai connus par la suite ne me disaient rien de bon sur la confiance que je pouvais leur accorder. Je les connaissais pour de vrai et ça suffisait à me faire croire qu’ils se serviraient de nos échanges pour me nuire.
Voilà ce à quoi je pensais dimanche dernier quand j’ai enduré la pire insomnie de ma vie. Comme souvent quand j’angoisse, je réfléchissais aux éléments dont mon entourage dispose pour me détruire au cas où un jour ce serait intéressant de le faire. Je n’ai jamais prononcé d’abjection raciste, filmée ou non – et je n’ai eu d’intention violente réalisée que dans les toilettes d’une boîte de nuit, quand j’ai jeté la tête d’une copine qui m’avait agacée dans la cuvette, donc techniquement, en off.


J’AI JETÉ LA TÊTE D’UNE COPINE QUI M’AVAIT AGACÉE DANS LA CUVETTE »


Tout ce que j’ai commis, c’est le vol de plusieurs boîtes de Mikado au supermarché quand j’étais enfant, sans jamais me faire choper. Cependant, je me suis déjà préparée à prendre la diffusion de mon délit en charge dans l’hypothèse où j’aurais envie de me faire élire Maire de Paris. Mes yeux écarquillés commençaient à se détourner de l’inintérêt de mes recherches, fléchissant peu à peu devant la tentation de la nuit. J’y serais parvenue si de désobligeants flash ultra porno ne s’étaient pas manifestés au moment où je m’enfonçais dans mon oreiller. D’un coup, une foultitude de souvenirs plus bordeline les uns que les autres se sont alignés en vue d’accabler mes ambitions narcotiques.
Notamment, un long plan séquence zoomé sur mon visage bien distinct, bien que légèrement déformé à cause des mouvements de va et vient que ma bouche procurait à un godemichet. Une autre production, en portrait cette fois, me mettait en scène en train de niquer mon oreiller, gesticulant mon corps nu sur tous mes projets de femme libre, exempte de la moindre tentative d’intimidation. Ces vidéos étaient toutes habilement envoyées sur Facebook.
Curieuse tendance que celle de montrer son corps à une caméra quand l’imagination permet très convenablement de se branler sur quelqu’un dont on n’a jamais aperçu plus que les avant-bras. Ce qui excite le destinataire, c’est l’idée du bourbier dans lequel l’exhibitionniste se plonge en diffusant insouciamment des images de son corps ?