fbpx

LA NEWSLETTER PEUT-ELLE SAUVER LA PRESSE ?

Newsletter Presse

Journal de poche ou simple feuille de choux, le nouveau parasite des boîtes mail est devenu indispensable. Explications.

 

SOCIETYAnthony Mabsuy

LA PLUS CATCHY
Comme d’habitude, Society défend bien son morceau. « On a vite compris qu’on ne pourrait pas se reposer intégralement sur les kiosques, et on ne voulait pas jouer sur la corde misérabiliste », confie Anthony Mansuy (qui ne vise personne), grand chef de la newsletter des confiné.e.s. Aussi punchy qu’inclusive (des running gags sur les Balkany aux résumés d’infos corona), elle a permis au mag d’entretenir le lien avec ses lecteurs privés de leur papier. Le déconfinement a cependant sonné l’arrêt de son envoi quotidien (car le site internet de Society est un « site-vitrine qui n’a pas le même modèle économique que les quotidiens »). Même les meilleures choses ont une fin..


LIBÉRATIONJimmy Lelo Batista

LA PLUS TROUBLANTE
Coordonnée par le service culture (parmi lequel deux signatures de Brain, Marie Klock et Lelo Jimmy Batista), et habilement chapeautée par Julien Gester, co-chef du service, « LibéCulture », est lancée le 25 mars 2020. Autrement dit, en plein confinement, comme une bouée dans l’océan déchaîné où la presse prend l’eau. Du lundi au vendredi, en début de soirée (histoire de bien finir la journée), c’est du post-Gérard Lefort dans ta boîte : juste ce qu’il faut de divertissant, de disruptif et de pertinent. En somme, « une fenêtre numérique sur la culture » conclut Julien Gester. De quoi donner envie de lire Libé. Enfin, presque.

 

LE FIGAROronan planchon

LA PLUS SÉLECT
La lettre du Figaro, envoyée chaque matin, est un canard à elle seule. Et on en a trouvé la raison : elle est réservée aux abonnés. Rédigée par Ronan Planchon, recruté par Le Figaro pour s’occuper exclusivement de la newsletter, elle présente toutes les caractéristiques d’un « produit fini », assure-t-il. Un édito, des articles détaillés, et en bonus un petit poème ou la citation du jour, le but étant que « cette lettre se suffise à elle-même, sans avoir besoin de se taper tout le reste du journal ». De quoi satisfaire des lecteurs assez aisés pour se payer un abonnement mais trop flemmards pour lire l’intégralité du journal.

 

LA CROIXSophie de Villeneuve

LA PLUS ZÉLÉE
Enfin une newsletter qui remplit son rôle et applique le principe de séduction : ne jamais trop en dévoiler, mais juste assez pour donner envie d’aller plus loin. Sobres et laconiques, l’édition de 12h et celle de 19h font un petit tour de l’actu – avec une majorité de faits religieux. En terme de profondeur, seule la newsletter « Spiritualité » possède un édito, concocté par Sophie de Villeneuve, réd chef de la rubrique Croire. De quoi alimenter les débats dominicaux : pour ou contre l’ordination des femmes ? Cliquez et abonnez-vous pour avoir des arguments qui pèsent.

 

MARIANNEsamuel piquet

LA PLUS AGUICHEUSE
Dans sa lettre spécial confinement – « la lettre d’actualité » en temps normal -, Marianne donne « à lire et à penser sans avoir à sortir de ses mails ». Du moins c’est ce qu’en pense Aaron Fonvieille-Buchwald, directeur adjoint du site de l’hebdo, en charge du choix des articles. Pour conserver le « sel » de Marianne pendant le confinement, ils ont fait appel à Samuel Piquet (docteur ès quolibets Gorafi) et à son sens de la formule pour faire le résumé des infos-clés. Simple et efficace, la newsletter serait, toujours selon Aaron, « l’avenir de la presse ». Le mag ayant vu son nombre d’abonnés s’envoler ces dernières semaines, ils peuvent se permettre d’être optimistes.

 

LE POINTJulien Henri Maurice

LA PLUS ENVAHISSANTE
« L’Essentiel », c’est l’ambitieuse dénomination de la newsletter du Point. Un best of d’une vingtaine d’articles, débats et interviews dont on ne nous laisse apercevoir que la vignette et trois lignes de résumé et ce, trois fois par jour. Et c’est seulement pour l’essentiel. Piloté par Julien-Henri Maurice, directeur exécutif numérique, Le Point propose plus de vingt newsletters. Un minimum d’effort pour un maximum de bruit. Et pour l’empreinte carbone, on repassera.

 

LE MONDELaurent Borredon

LA PLUS SNOB
Recevoir les gros titres du jour ? Rien de plus simple avec Le Monde. Tous les matins, recevez la newsletter « A la Une », les articles clés du jour (enfin, un titre et trois lignes de résumé, pas de quoi fouetter un chat), compilés automatiquement rien que pour vous. Par un ordi. Pour un peu plus de profondeur, abonnez-vous ! Parmi la pléiade de newsletters thématiques, le « Brief du Monde », piloté par le journaliste Laurent Borredon, décrypte l’actualité. Pour la punchline, cf. Le Figaro.

 

LE NOUVEL OBSNolwenn Le Blevennec

LA PLUS CHEAP
Parmi les dix newsletters proposées, toutes gratuites (quelle générosité), on vous conseille d’opter pour la newsletter « Rue 89 » (dotée d’un édito, inspi Slate), pilotée par la réd chef de Rue 89, Nolwenn Le Blevennec, lancée pendant le confifinement et cause « d’un bon nombre d’abonnements ». Sinon, pour l’actu, vous avez la lettre du Nouvel Obs, ou l’antisèche du cancre: une accumulation de titres d’articles avec vignette, version bon marché, au milieu desquels se planquent des annonces sponsorisées. Le risque ? Confondre une pub pour le dernier Huawei avec un fait d’actualité…


Par Violaine Epitalon