fbpx

Goop chez Netflix : Gwyneth Paltrow peut-elle nous tuer ?

gwyneth paltrow technikart

On connaît tous Gwyneth Paltrow pour ses rôles (une panouille dans Iron Man, un coucou dans Avengers…), moins pour ses talents de vendeuse-en-cheffe chez Goop, son site (on y trouve la pierre de jade pour vagin, une poire de lavement au café…). En lançant Goop Lab sur Netflix, ses activités de VPC new-age sont désormais connues partout dans le monde… Au risque de faire quelques morts ?

Très inspirée par le « wellness » (ce mouvement prônant un état de bien-être physique et moral pour tous), je cherchais des petits conseils pour rendre ma vie plus saine – ce qui m’a amené tout naturellement sur Goop, le site lifestyle de Gwyneth Paltrow, et sa déclinaison netflixienne et en six épisodes, The Goop Lab (disponible depuis le 24 janvier). Le sujet de prédilection de Gwyneth, pur produit du Los Angeles le plus « aware » ? Les médecines alternatives. Je me prépare une tisane au romarin et je me laisse bercer par la lumière de l’écran de mon ipad.

Le Goop Lab démarre avec un avertissement, histoire d’éviter les procès : « Cette série est un divertissement, pas un magazine médical ». La raison ? Gwyneth et sa boîte ont déjà eu des déboires avec des utilisateurs mis en danger par ses conseils les plus farfelus… Pour le premier épisode, une bande d’employés de Goop se rendent dans une sorte d’ashram jamaïcain pour y explorer leurs émotions à l’aide de champis’. Gwyneth Paltrow, érigée en papesse du bien-être, interroge ses sbires sur l’expérience tout au de l’épisode. L’ex-comédienne (Gwyneth prétend s’être débarrassée de toute ambition hollywoodienne afin de se consacrer pleinement au site qu’elle fonda en 2008), prêche ainsi pour une gamme potentiellement infinie – et incontrôlable – de médecines alternatives qui peuvent s’avérer aussi bien inoffensives que dangereuses. En séance avec Betty Dodson, fringante éducatrice sexuelle de 90 ans, les « patientes » apprennent à regarder leur vulve dans un miroir en contrebas et à jouir en explorant leur clitoris à l’aide de vibromasseurs, de godemichets et, surtout, de la méthode « Rock’n Roll » de Betty (une ondulation spécifique du bassin). Dans un autre épisode, le thérapeute John Amaral explore le « pouvoir de l’énergie » en pratiquant des massages « non-tactiles » qui permettent de « libérer, en les faisant circuler, les énergies du corps ». Il prétend ainsi guérir des traumatismes psychologiques aigus.

gwyneth paltrow Technikart
À la votre !
Gwyneth Paltrow avec Elise Loehnen, rédactrice en chef de Goop

« Risque sanitaire »

S’injecter son propre sang ? Plonger dans une eau à 3 degrés celsius ? Ou encore jeûner en ne s’alimentant uniquement de soupes en poudre ? Tels sont les remèdes proposés par le labo’ Goop. Le « Vampire Lift » est une technique de rajeunissement qui consiste à faire une prise de sang (classique) pour ensuite injecter l’hémoglobine dans son visage. Ces injections de « plasma riche en plaquettes » seraient efficaces pour régénérer la peau et en améliorer la texture. Quant à l’expérience du Goop Lab dans le grand froid, elle consiste en une exposition, en maillot de bain, dans le froid avec Wim Hof « l’homme de glace » Hof, un Hollandais ayant développé une technique de respiration censée donner chaud quand il fait 3 degrés. Le froid construirait une résistance physiologique et psychologique au stress – voire même aux troubles mentaux. Gare toutefois à l’hypothermie. L’équipe était partante pour se faire injecter une bactérie afin de voir si le froid la vaincrait – mais Netflix s’y est opposé.
Chaque expérience suscite la même interrogation : science ou imprudence ? Car si la plateforme a su restreindre les ardeurs de la bande de Gwyneth, son média, lui, n’hésite pas à pousser plus loin ses recommandations les plus zarbis. En effet, y sont préconisés des bains de vapeur pour le vagin (et l’insertion d’oeufs en jade pour muscler son plancher pelvien), le nettoyage du colon avec du café et une poire à lavement maison, l’utilisation de vapeur infrarouge pour se laver l’utérus (retiré du site en 2015 car jugé trop dangereux)…
Ces derniers temps, les recommandations santé de la comédienne devenue businesswoman suscitent la colère des médecins. Car si elle explore et teste des médecines alternatives, en relatant des expériences et des anecdotes personnelles, elle le fait sans prise de recul sur les dangers encourus pour le grand public à les mettre en pratique sans surveillance aucune. Après tout, quelle est l’autorité scientifique ou médicale de cette ancienne étudiante d’espagnol et d’anthropologie (Spence School puis UCLA à la fin des années 80) ?

« En commercialisant ses “oeufs de Jade”, Goop a dû payer des amendes pour avoir prétendu – frauduleusement – qu’ils avaient des effets thérapeutiques… » – Geneviève Rail


Selon le directeur général des services de santé britanniques, Simon Stevens, The Goop Lab « répand de la désinformation et pose un risque sanitaire considérable pour le public ». Plus largement, Gwyneth y accrédite toutes sortes de médecines alternatives n’ayant pas toujours fait leurs preuves. Pire, la bande de Goop y entretient une vision anti-scientifique et ésotérique. Voire occulte (l’exorcisme flippant du 5ème épisode).
« Il est dangereux d’accréditer des pseudo-sciences, s’inquiète Geneviève Rail, professeure à l’université de Concordia, à Montréal. Surtout quand ces techniques sont récupérées pour qu’un petit groupe de personnes en tire beaucoup d’argent… Je sais que pour ses fameux “oeufs de Jade”, Goop a dû payer des amendes pour avoir prétendu – frauduleusement – qu’ils avaient des effets thérapeutiques… »
Notre conseil, après avoir visionné les trois heures vingt-cinq de la série ? La prochaine fois qu’il vous viendrait l’envie de suivre les conseils bien-être d’une Californienne désoeuvrée, rendez-vous plutôt chez Monsieur Jacques, notre marabout préféré du boulevard Barbès… Tout comme Gwyneth, il vous délestera volontiers de quelques centaines d’euros contre une cérémonie folklo. Mais vous n’y laisserez probablement pas votre santé…

The Goop Lab : disponible sur Netflix
Le site : www.goop.com

 Par Anaïs Delatour