Conversation avec l’astronome en chef de Harvard, dénicheur d’une sonde alien

avi loeb extraterrestres harvard

L’astrophysicien Avi Loeb, à la tête du département d’astronomie d’Harvard, estime que l’astéroïde Oumuamua, visible depuis plusieurs années à proximité de Jupiter, pourrait bien être une sonde extraterrestre. Depuis, la polémique enfle.

Vous avez analysé Oumuamua, un astéroïde qui tourne autour de Jupiter. Et, selon vous, ce ne serait pas un simple rocher… mais une sonde extraterrestre ?

Avi Loeb : J’explique que Oumuamua ne ressemble à aucun astéroïde ou comète que nous avons déjà vu dans le système solaire. Mes arguments selon lesquels `Oumuamua pourrait être d’origine artificielle sont basés sur six propriétés étranges de cet objet, qui sont résumées dans mon article publié par le Scientific American. J’y explique comment cet objet défit toutes les statistiques de référence sur les astéroïdes. Par exemple, Oumuamua est différente de celle attendue en se basant uniquement sur la gravité du soleil : nous n’avons pas à faire à une comète ni un astéroïde typique.

Votre analyse a provoqué un débat assez tendu dans la communauté des astrophysiciens…

Certains partent de l’idée que “les extraterrestres n’existent pas ». Moi je pense que si on s’ouvre pas à la possibilité de découvrir quelque chose de nouveau, on ne le découvrira jamais. Je préfère garder l’esprit ouvert. De plus, les chiffres sont clairs : d’après les données obtenues par le satellite Kepler, nous savons qu’une étoile est liée à une planète de la taille de la Terre avec une température de surface permettant à l’eau liquide d’exister. Or la galaxie de la Voie lactée contient des dizaines de milliards d’étoiles. Il est donc fort probable que nous ne soyons pas seuls. L’existence d’une civilisation extraterrestre n’est pas une spéculation.

Par contre, il est possible que la durée de vie des civilisations technologiques soit courte puisqu’elles fournissent les moyens de leur destruction (comme les guerres nucléaires ou le changement climatique), mais même dans ce cas, nous pourrions rechercher des vestiges de civilisations mortes. J’appelle ça l’archéologie spatiale. Mais je sais que cette hypothèse d’existence d’intelligences extraterrestres fait face à l’hostilité des astronomes. Pourtant, l’existence d’une intelligence extraterrestre n’a rien à voir avec la crédibilité des récits de science-fiction : ce n’est qu’une théorie parmi d’autre. Le vrai problème est que les préjugés retardent les progrès scientifiques : en réduisant à l’avance l’éventail des possibilités, nous ne pourrons jamais découvrir l’inattendu.

Lire aussi : On a retrouvé le chaman de Louis Vuitton

Ce débat serait donc avant tout une lutte entre les croyances et la logique…

En effet : beaucoup pensent que le futur est semblable au passé. Mais cette approche ne permet pas faire de nouvelles découvertes. Mon conseil aux jeunes est donc : restez fidèle à la curiosité et à l’innocence de votre enfance, plutôt qu’à votre ego !

Pensez-vous qu’à un certain stade, les mathématiques deviennent une forme de poésie.

Oui, je pense que tout travail créatif est comparable, qu’il s’agisse d’art ou de science.

Jacques Tiberi




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre