La blogueuse mode a-t-elle été tuée par Canal ?

Filles-d—aujourd—hui-canal-plus1

Accro à ses i-gadgets et prête à tout pour assouvir gratis sa libido d’acheteuse compulsive, la blogueuse mode est à l’honneur des « Filles d’aujourd’hui », le programme court créé par Laurence Arné pour Canal+. L’émission devait l’enterrer. Hélas, cette tentative de ringardisation a foiré en consacrant la blogueuse mode comme la figure la plus emblématique de la presse chiffon d’aujourd’hui. Celle-ci est désormais un sujet de parodie comme l’étaient les prêtresses du papier glacé avant elle. C’est la rançon d’une gloire bien réelle. Les bureaux de presse luxe et mode prennent très au sérieux ces blogueuses, plus réactives et plus à l’aise avec les attentes de leurs clients les marques.

« Nous sommes arrivés à la maturité pour ces nouveaux players et toutes les grosses marques de luxe l’ont bien compris. Les PR qui ignorent le phénomène sont déjà hors-jeu me confirme une amie attachée de presse. La blogueuse mode va très bien comprendre la démarche des annonceurs, les enjeux e-commerce et elle va être fière de montrer les cadeaux et les avantages qu’elle obtient. »

Débordée par les coursiers chargés de cadeaux presse, la blogueuse fictive de Canal profite à fond de cet échange de procédés un peu louches et de son statut à part. Pour elle, pas de course au clic, pas d’investisseurs voraces ni de lutte pour l’engagement éditorial ; elle laisse tout ça aux rédactrices web mal salariées qui se battent chaque jour pour préserver des miettes d’indépendance face aux annonceurs. Cette indépendance éditoriale, qui indiffère la blogueuse mode triomphante, aurait pourtant permis au journalisme de mode de conserver son esprit frondeur et avant-gardiste. Jusqu’à… ?

Sylvain Michaud
(paru dans Technikart n°189, mars 2015)




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre