Vigilance Non-vigilance

Paru dans Technikart n° 13
Les états de non-vigilance apparaissent dans le travail de Fabrice Hybert à partir de 1987 à travers une série de dessins dans lesquels on retrouve des personnages tels qu’un pêcheur, un chasseur ou un maçon : ils sont le produit de dérives cérébrales. Issus de conditions psychomécaniques qui échappent à la conscience, ils matérialisent l’écart entre le geste et la pensée. L’invention, et par conséquent la création, sont profondément liées à cet état. Selon Hybert, l’extrême vigilance n’existe pas. L’action et ses conséquences sont remises en question par une conscience constamment portée au glissement. Les interrogations autour de la vigilance et de la non-vigilance feront l’objet d’un débat animé par Fabrice Reymond. Ce plateau télévisé du 18 juin réunira des figures du monde scientifique tels que le professeur Georges Lapassade qui dirige un laboratoire de recherche sur les états de conscience modifiée tout en se passionnant pour le phénomène actuel des rave parties, le docteur William Löwenstein, sidénologue et directeur du centre Monte-Cristo, et quelques invités italiens spécialistes des apparitions mariales et champignons hallucinogènes… Ses discussions seront prétextes à développer différents points de vue sur les états hallucinatoires, les drogues, le rêve éveillé, le contrôle de soi et d’autres notions dérivées.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre