Session live Findspire d’Orouni

orouni-findspire1

Début 2014, Orouni sortait Grand Tour, un superbe album carnet de voyage tiré de ses pérégrinations au quatre coins du globe – Mali, Japon, Thaïlande, Afrique du Sud, Chili, Australie… Sosie juvénile de feu l’acteur Alan Rickman, Orouni pourrait aussi être un cousin de Neil Hannon : même sens de la mélodie que le fondateur de The Divine Comedy, même goût pour les arrangements soignés, même distinction flegmatique à l’anglaise. Que devient Orouni depuis deux ans ? Il planche sur de nouvelles compos.

Le groupe autour de lui ? A la batterie, Jean Thevenin (Frànçois and The Atlas Mountains). A la basse, Steffen Charron (Simple As Pop, Mina Tindle, Klub des Loosers). Au clavier et à la trompette, Raphaël Thyss (Cléa Vincent, Tahiti 80). Vous pourrez entendre deux chansons : « The Devil and The Monk Seal », extraite de Grand Tour, précédée de « The Lives of Elevators », un inédit du disque à venir, morceau inspiré de l’histoire vraie d’un employé coincé deux jours dans un ascenseur. Après son tour du monde, c’est dans ses lectures qu’Orouni puise la matière de ses textes : articles de presse ou écrivains aussi variés qu’Ibsen, Noam Chomsky ou Romain Gary. Avoir la vie devant soi ne gomme pas l’impatience, d’autant que cette session met l’eau à la bouche : le nouvel album, et que ça saute !

LOUIS-HENRI DE LA ROCHEFOUCAULD




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre