La Biennale de Venise

Paru dans Technikart n° 13
Son histoire, son thème en 1997…
Créée en 1895, la Biennale de Venise constitue l’un des principaux rendez-vous de la scène mondiale de l’art contemporain. Consacrée aux arts visuels, cette manifestation offre à un public international (quelque 150 000 amateurs et professionnels chaque année) l’occasion de découvrir les principales tendances artistiques de notre temps. Dans les Giardini, un site exceptionnel au bord de la Lagune, une quarantaine de pays (quarante et un en 1997) présente dans des pavillons nationaux, une sélection d’œuvres et d’artistes proposés par les commissaires. Une partie de la manifestation se déroule dans la ville sous la forme d’expositions monographiques ou collectives organisées par ceux des pays qui ne possèdent pas de Pavillon au sein des Giardini. Un commissaire général nommé par les organisateurs de la Biennale propose enfin une exposition thématique qui a lieu dans le Pavillon italien.
Dans le cadre de chaque Biennale, différents prix sont attribués :
– Lion d’or au meilleur pavillon
– Lion d’or à deux artistes vivants (un peintre et un sculpteur)
– Prix 2000 à un jeune artiste de moins de quarante ans
– 4 mentions d’honneur.
Critique d’art de renommée internationale, et théoricien de l’Arte Povera, Germano Celant a été désigné comme commissaire général de la 47ème Biennale de Venise. Il est assisté dans sa mission par un comité artistique constitué des personnalités suivantes : Carla Accardi, artiste ; Ida Gianelli, Directeur du Musée d’Art Contemporain du Château de Rivoli ; Lars Nittve, Directeur du Louisiana Museum ; David Anthony Ross, Directeur du Whitney Museum of American Art et Nicholas Serota, Directeur de la Tate Gallery.
L’exposition collective présentée dans le pavillon italien s’intitule : « Futur, Présent, Passé ».
Avec cette exposition à laquelle participent quatre artistes français (Daniel Buren, Marie-Ange Guilleminot, Bertrand Lavier et Annette Messager), Germano Celant propose de réunir et de mettre en perspective le passé, le présent et le futur dans une dialectique de continuité-discontinuité des événements artistiques.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre