Joran Le Corre : « Au Panoramas Festival, on a un public toujours plus énervé ! »

PANO FEST

Le Panoramas Festival fête ses 20 ans, alors on est allé remonter le temps avec son co-fondateur et co-programmateur Joran Le Corre, également fondateur de l’agence Wart. (Et chuutt pour gagner ton pass, lâche un commentaire en bas de page …. )

Salut Joran, comment tu te sens à une semaine de l’évènement ?
Plutôt serein ! Cette année encore les ventes de billets sont très bonnes. Ce sera une édition quasi complète, on attend 30 0000 festivaliers. On a de la chance d’avoir un public toujours plus jeune, plus énervé, c’est chaque année une ambiance électrique.

Cette année encore la programmation est délirante avec Thylacine, Rødhåd, Salut C’est Cool, AZF, Acid Arab, Songe ….
Cette édition sera très techno. Il y a également le festival off : « les Panoramiques ». Et un festival de film amateur « le Court du Bref » autour du thème du road movie et où l’on invite les amateurs à présenter leurs courts autour de cette thématique. Ce festival se tient toujours une semaine avant le Panorama et se déroule dans deux bars de la ville.

Il y aura également une expo autour des photographies de Ben Pi, tu peux nous dire qui est Ben Pi ? 
C’est un copain à nous, également musicien. Il jouait dans le groupe qui a splitté depuis : The Bewitched Hands. Il fait surtout de la musique à l’image, des pubs, des documentaires. Ca fait des années qu’il photographie le Panoramas parce que chaque année c’est lui qui sort LA photo du festival la plus représentative. Alors cette année ce sera un hommage avec une expo dédiée à ses clichés.

Joran Le Corre

Raconte-nous les débuts de Panoramas …
A l’époque à Morlaix il y avait un festival : Tamaris, crée à l’époque par Jean-Philippe Quignon (qui rejoindra par la suite le festival Les Vielles Charrues). Mais le festival a vite mis la clé sous la porte. Et aux alentours, plus rien de fort se passait. Il y a 20 ans, j’étais au lycée avec les frères Pierres, Eddy et Lionel, et on voulait organiser une soirée. Je faisais du métal et Lionel était un des leaders d’Abstrackt Keal Agram et Fortune. Alors on s’est lancé. On est en 1998, en franc et sans Internet. La première soirée était interdite par la préfecture parce qu’on n’était pas structuré, c’était aventureux. Et dès la première édition, ça a accroché ! On a fait le plein partout avec que des groupes de Morlaix. 

Tu es le fondateur de l’agence Wart. 
À l’origine c’était une association qu’on avait crée et qu’on avait appelée du nom de la soirée qu’on n’a jamais pu organiser : Wart. A l’époque, pour nous c’était une contraction de « War » et « Art ». Un peu ringard je sais mais facile à retenir ! C’est quelques années plus tard que j’ai checké : « wart » en anglais signifie « verrue génitale ». Comme on n’avait pas d’Internet à l’époque ben voilà ….
Aujourd’hui on est dix permanents. A la base j’étais étudiant en cinéma, pas vraiment prédestiné pour ce job. Ça s’est fait au fur et à mesure de l’ampleur de l’évènement.

Etant le programmateur, c’est toi seul qui décides ?
C’est moi seul qui sélectionne, je suis le DA de Wart (pompeux comme terme, je sais). Attention je ne suis pas un tyran ! On discute, on débat. Quelque fois dans l’équipe certains doutent de mes choix, mais j’ai le dernier mot …

Un des meilleurs souvenirs en 20 ans ?
Alain Bashung. J’étais tourneur de Rodolphe Burger pendant longtemps, et il travaillait pas mal avec Bashung lors de la tournée des Cantiques des Cantiques. C’est comme ça qu’on a côtoyé Bashung plein de fois. Puis un jour il a accepté de venir jouer dans un théâtre à l’italienne à 400 places, alors qu’il remplissait des grandes salles. C’étaient deux concerts à Morlaix pour une jauge très petite, et où il a été très drôle !

Et un des pires souvenirs ?
La venue de Kickback, un groupe de hardcore métal ultra violent (que j’adore). À un moment le bassiste a posé sa basse pour aller péter le gueule à un mec dans le public. Je te dis pas autour de nous l’ambiance : un climat de stress de dingue, j’ai dû demander aux mecs de la sécu de protéger le public du groupe !

Photo à la une : E.T.

Panoramas Festival #20
Du 7 au 9 avril
14h – 05h
Z.A. de Langolvas, 29600 Morlaix
event facebook

 

 

Une photo de l’expo Ben Pi, pleine de vie

Les 19 ans du Panorama Festival, en 2016




Il y a 5 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Tricoire

    Super Article, très intéressant de connaître un peu l’histoire de pano et le talent des artistes qui y sont passé! Merci

  2. Doublet-G

    Article sympa, votre site est intéressant ! Belle histoire sur pano, j’éspère y retourne cette année pour y découvrir de nouveaux artistes ! Merci du jeu concours !


Laisser un commentaire