L’édito de la Rédac

Article

Cannes J9: Dialogue de sourds

Chacun était placé à une extrémité de la journée. Le planning ressemblait presque à un geste poétique. A 8h30 Youth, à minuit Love. Un Sorrentino à l’aube, un Gaspar Noé au milieu de la nuit. Les deux cinéastes rock-stars du line-up pour ouvrir et clore la journée qui s’annonçait forcément comme la plus électrisante de l’édition. C’est ce qu’il y a de plus stimulant ici, ce moment où la programmation..

Cannes J8: jusqu’ici tout va mieux

Il aura donc fallu sortir les grosses pétoires pour réveiller cette compèt’ là, et il aura suffi d’une grosse rythmique aux fréquences basses pour nous passer toute envie de micro-sieste. C’est les premiers cartons du générique, Sicario n’a pas encore commencé que résonne déjà ce « toum, toum, toum » d’outre-tombe; un leitmotiv musical qui tape droit dans le bide et vous invite à vous redresser illico sur votre fauteuil. Ca y..

Cannes J7: La fin du « boarf »?

On n’est pas allé voir le Donzelli (Gaël G. a trouvé le film, on le cite, « hihihi »), on a déjà dit dans le mensuel tout ce qu’on pensait du Stéphane Brizé (c’est à dire pas grand chose); la compétition officielle poursuit sa stupéfiante traversée du désert entamée depuis le premier jour, ça ne nous exaspère même plus, ça commence presque à nous fasciner. On continue à parler des films en onomatopées,..

Cannes J6: Tiens, un bon film

En attendant les cadors programmés dans la dernière ligne droite, on s’emmerde toujours autant ici. Live from Paris Benjamin R. nous envoie ce texto: « Revu Fury Road.Ca me comble à un niveau presque religieux. J’y retourne comme à l’église. Je sais même pas comment vous faites pour voir d’autres films après ça ». Ce qu’il ignore c’est que des films on n’en voit justement plus depuis Mad Max. Enfin si, mais..

Cannes J5: Le calme avant la Quinzaine

Tiens, on est retourné voir un film de la compèt après avoir séché, plus ou moins délibérément, le Moretti, le Todd Haynes et le Maiwenn. On n’aurait pas du se sentir obligé, vraiment. Louder Than The Bombs du danois Joachim Trier est une viennoiserie « art et essai » d’une ringardise suprême. Introspection autour de l’explosion de la cellule familiale après un deuil, le film s’envisage comme un grand manifeste stylistique où..

Cannes J3 et J4: Les fauteuils qui ne claquent pas

Vu le programme proposé, autant compiler deux journées dans un même billet, ça nous fera gagner un temps précieux à tous. Depuis le coup de tonnerre Fury Road, ça ronronne sec par ici. Si l’on s’en veut d’avoir loupé le film islandais montré au Certain Regard (Béliers de Grimur Ha, qui serait « super » selon un certain Léo H.), on regrette beaucoup moins de s’être fait porter pâle pour le nouveau..

Cannes J2: Main dans la Max

Le grand moment de communion cinéphile a donc eu lieu hier matin dans la Salle Lumière. Deux heures de cinéma enfiévré, ponctuées par des hurlements de joies et des salves d’applaudissements massifs environ toutes les demies heures. En 2015, le plus haut lieu de la cinéphilie mondiale s’est agenouillé devant une pelloche furieusement dégénérée, carburant aux montées d’adrénaline bis, voire Z, un manifeste contre-culturel monstre accueilli sous des hourras hystériques...

Cannes J1: Le Coup de la panne

Il n’y aura donc pas de numéro 81 de Technikart Super-Cannes, le quotidien papier édité par ce magazine pendant 8 saisons. Bizarrement les troupes ne se sont pas dispersées pour autant. En ce premier jour de festival toutes les forces vives du TechniCannes sont dans les parages, même Benjamin R. qui a profité de ses vacances niçoises pour passer dire bonjour aux copains, ou nos ex-maquettistes, Sophie J. et Alice..