Belgrade ou la belle festive

22556293_10154994865297596_1203652210_o

Carrefour entre l’Orient et l’Occident, Belgrade serait aux antipodes de l’image qui lui colle encore à la peau. Romantique, accueillante, ultra-festive et étonnamment tendance. On nous aurait menti ?

SE LA JOUER BOHÈME À SKADARLIJA
Ses rues en pente à gros pavés, ses terrasses fleuries et ses façades pastel écaillées ont souvent fait comparer ce quartier à Montmartre, auquel il est d’ailleurs jumelé. Après quelques âneries dans ses dédales au charme suranné, attablez-vous à l’une des antiques « kafana » de la rue Skadarska (Ima Dana de préférence). Là, un poivron farci dans l’assiette, levez votre verre de rakija, l’eau de vie locale, que les Serbes qui ont du poil aux pattes ingèrent dès le petit-déjeuner, à l’orchestre tzigane entonnant ces mêmes ritournelles qui berçaient déjà les cuites des artistes du siècle avant-dernier.

Le marché aux parapluies est ouvert

SE LA COULER PÉPÈRE À ZEMUN
Cet ancien petit village devenu quartier de Belgrade est assurément l’un des coins les plus charmants et zen de la ville. Courant nonchalamment le long du Danube, avec ses maisonnettes bariolées, ses péniches et ses petits restos somnolant au bord de l’eau, il offre, depuis l’élégante tour de Gardoš, le plus beau panorama sur Belgrade.

Le sieur Bardos se délectant de tambouille balkanique à la champêtre terrasse du Mala Fabrika Ukusa (une institution) en compagnie des sosies serbes officiels de Rocco Siffredi et d’Isabelle Alonso

S’ENJAILLER À SAVAMALA
Bâti au XIXe siècle le long de la rive droite de la Save, cet ancien quartier industriel est le nexus du Belgrade artistique et nocturne, le vaisseau amiral de la teuf dont les soirées endiablées ont valu à la ville sa réputation de « Barcelone des Balkans ». Après vous être rassasié dans l’un des restos tendance de Beton Hala, les anciens docks réaménagés en Meatpacking à la Serbe, déambulez à la recherche des plus belles fresques street-art, puis allez-vous en jeter un petit à la santé du Maréchal à la kafana SFRJ, un troquet underground tout à la gloire de Tito et des grandes heures de la Yougoslavie. De là trois options s’offrent à vous : le délicieusement décadent Mladost/Ludost/Gadost, trois clubs en un, musique pointue et déco stylée ; Klub Gotik, le temple du turbo-folk, pour une ambiance kusturicienne testostéro-siliconée ; ou lâcher définitivement les amarres sur l’une des « splavovi », sortes de péniches-boîtes, emblèmes des nuits belgradoises (mention spéciale à Povetarac et Hot Mess). Petit conseil : dépêchez-vous de découvrir Savamala avant qu’il ne soit trop tard, il est question de raser le quartier pour y implanter un hideux et démesuré complexe d’immeubles flambant neufs, le tout sur fond de probables magouilles et financé par les Émirats arabes unis, décidément toujours dans les bons coups.

Entre deux rakijas, on s’arrête et on contemple l’architecture belgradoise, entre passé et futur

S’EN METTRE PLEIN LA LAMPE (POUR PAS UN ROND)
Capitale la moins chère d’Europe, Belgrade fourmille de restos créatifs ouverts par de jeunes chefs proposant une cuisine ambitieuse à prix très doux. Le nec plus ultra ? Homa, pour du fusion très raffiné ; Miamiam, qui mixe produits régionaux et saveurs exotiques ; Radost, un impeccable végétarien italianisant ; et le cosy et caché Salon 5, sans enseigne et sis dans un appartement, comme c’est la mode à Belgrade. L’impression d’aller manger chez des copains… Enfin, des copains comme on aimerait en avoir plus, maîtrisant la côte de bœuf fleur de sel et le foie gras poêlé comme pas deux ! Quand vous en aurez assez d’écumer les gastros, faites honneur à la roborative cuisine serbe, qui convoque influences italiennes, grecques et moyen-orientales. Ambiance plats gargantuesques, baklavas et grillades à gogo, dont vous tirerez le meilleur dans les adresses suivantes : Manufaktura, Restoran Polet, ? (le nom énigmatique de la plus vieille kafana de la ville) et Dokolica Bistro.

Dégustation de cevapi, une recette de viande addictive (ici à droite) à dévorer en toutes circonstances

S’OFFRIR UNE PETITE VIRÉE FESTOSHE
Visiter Belgrade peut être l’occasion de se payer deux festivals plutôt coolos, et ce à moins de deux heures de la ville. Début juillet, c’est EXIT, élu à de nombreuses reprises meilleur festival d’Europe. Un grand raout pop-rock-électro… se tenant dans la forteresse de Novi Sad, ville superbe et cœur de la culture serbe. En août, le village de Guca devient la capitale mondiale de la trompette. Une sorte de Woodstock du cuivre balkanique qui voit s’affronter des dizaines de fanfares serbes sous stéroïdes et attire chaque année des centaines de milliers de trublions venus se faire déboucher les tympans en siphonnant rakijas et porcelets rôtis. Vous voilà avertis !

✈ PRÉPARER SON VOYAGE
👉 SERBIE TRAVEL : L’Office de tourisme serbe
Site Officiel

 OÙ DORMIR ? LOUER UN APPART DE CHARME AVEC ABRITEL
À Belgrade, Abritel propose un vaste choix, du duplex ultra-moderne avec vue sur le Danube à l’appartement classieux dans un immeuble art-déco…
👉 www.abritel.fr

TEXTES ET PHOTOS SÉBASTIEN BARDOS

Paru dans Technikart #216, Octobre 2017




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre