« Jeune, j’allais beaucoup à la cinémathèque. J’adorais Welles, Kazan, Truffaut – les BO de Truffaut par Delerue m’ont beaucoup marqué. Il y avait aussi Jarre, Tati, qui a accompli un travail sur le son phénoménal, North, Raksin et pas mal d’autres…
En parallèle à ma formation classique, j’ai enregistré en 1982 un album de bossa nova avec le groupe Gonzalos tropical. En 87-88 je suis entré dans l’équipe de Karl Zéro à Canal+, où j’habille les séquences. A cette époque, j’ai aussi écrit des chansons pour Eric Moréna, dont O, mon bateau… Une de mes premières BO fut Ki lo sa ?, en 85, pour Robert Guédiguian, avec un orchestre de chambre. Ensuite, ça c’est enchaîné : Au nom du père et du fils, Mémoire traquée, le Tronc de Zéro, Regarde les hommes tomber d’Audiard, les Péchés mortels… J’écris tout, même les parties orchestrales. La chanson de Marie-Louise ou la permission, influencée par Legrand ? Il est incontournable, on a beaucoup à apprendre de lui… Il n’était pas prévu pour la BO de Love etc… que Charlotte Gainsbourg chante. Marion Vernoux l’a décidé pour mieux introduire l’héroïne. Marion a écrit les paroles, j’ai travaillé dessus, et Charlotte a tout de suite accepté. Le thème principal ressemble à celui du Mépris ? parce que c’est aussi un orchestre à cordes… Le portel s’apparente à la Nuit américaine ? Peut-être… C’est vrai que Delerue est quelqu’un de très important pour moi… »
Les cinq BO préférées d’Alexandre Desplat : « Amarcord » (Nino Rota), « The Misfits » (Alex North), « La Peau douce » (Georges Delerue), « Vertigo » (Bernard Herrmann), « Fury » (John Williams).