Technikart

Patrick Bruel: le poker, le FN, Johnny Cash, le rap et moi

Ce mois-ci, Technikart reçoit… Patrick Bruel pour sa Big Interview. L'occase pour pour Super-Patrick de se raconter sur à peu près tout: ses relations avec Kanye West, ses gains au poker, son public vingt ans après et son rôle dans la chanson Chacun fait c'qui lui plaît de Chagrin d'Amour. A la question de savoir s'il se produirait dans les villes FN, Super-Patrick répond ceci: «Pour l'instant, je ne vois pas ce qui pourrait me faire changer d'avis. Même si je peux comprendre que des électeurs désespérés répondent à un discours populiste, je ne veux pas me produire devant une institution dont je méprise l'idéologie. Le nationalisme n'a toujours mené qu'au chaos et au malheur.»

Photo Arno Lam.
Retrouvez l'intégralité de l'interview dans Technikart en kiosques.

Trois raisons d'aller voir Captain America

 Si vous n'êtes pas encore allé voir le Cap', voici pourquoi il faut vite le faire.

1 • PARCE QUE C'EST LE MEILLEUR FILM MARVEL
Les frangins Russo, auteurs de Toi et Moi... et Dupree, viennent donc de réaliser le meilleur film Marvel, le meilleur blockbuster d'action depuis «Casino Royale» et le meilleur film de castagne hongkongais depuis, allez, Bodyguards & Assassins. Lorsque les probabilités sont à ce point déjouées, on cherche des explications, un début de logique auquel se raccrocher. Bref, pourquoi Captain America est-il si parfait ?
Les connaisseurs de comics s'accordent sur la qualité du cycle du «winter soldier» lancé en 2005 par Ed Brubaker, qui parvenait à établir une esthétique de thriller parano moderne, à imposer un antagoniste fabuleux (encore stupéfiant dans le film) et à plonger le héros au bouclier dans une perplexité mélancolique qui lui va si bien. Par ailleurs, c'est la première fois que les développeurs Marvel s'éloignent à ce point de leurs classiques 60's pour adapter un «run» contemporain très puissant en terme de réinventions et de perspectives mythologiques. Troisième point, le plus important: comme l'avait déjà montré le premier film malgré la faiblesse de ses scènes d'action, le Cap' est le vecteur idéal de la transposition des mythes Marvel à l'écran. Quelque chose comme

Black Weekend 2014

 « 4 jours de pistes noires et de nuits blanches », c'est le défi que se lance le Black Weekend tous les hivers depuis sa création en 2008 et c'est le défi réussi de l'édition 2014. Retour sur le festival qui mixe glisse et électro !

Créé par Camille Jaccoux, fondateur de la marque de skis Black Crows, d'Edouard Rostand et de Bertrand Brême, le festival Black Weekend prend place à Chamonix pendant 4 jours du mois de mars.
L'envie première ? Allier l'amour de la glisse et la musique électronique.
Bien joué ! Le festival a réunit cette année plus de 3000 personnes qui ont eu la chance d'assister au « set 360 » Agoria qui s'est tenu dans 4 lieux originaux dont l'Aiguille du midi à plus 3842 mètres d'altitude, mais aussi Saschienne en live dans un magnifique chalet perché le haut d'une montagne ou encore Jennifer Cardini qui célébrait le samedi la journée de la femme aux Grands Montets !
Les plus sportifs des festivaliers ont pu tester la performance des skis Black Crows prêtés au pied des pistes pendant que les fêtards décuvaient de leur soirée de veille passé aux Caves ou au club de la Patinoire !
Depuis 7 ans le festival a vu passé pas mal de belles têtes d'affiches comme Danton Eeprom, Clara Moto, Busy P, Arnaud Rebotini, Discodéine, Popof, Carl Craig, The Hacker ou Zombie Zombie et ce n'est pas prêt d'en finir. Alors à l'année prochaine pour une nouvelle ride.

Natacha Polony, Ségolène Royal et "le Grand Journal"

Dans une longue interview qu'elle a accordée à Technikart, Natacha Polony, revient sur sa jeunesse pas vraiment underground, sur les idées qu'elle défend («Moi, droite mémère!? C'est une plaisanterie!»), sur son rapport au FN et sur certains politiques qui réapparaissent dans le paysage. Ainsi de Ségolène Royal: «J'ai toujours eu du mal avec elle. Commencer son clip de candidate (à la présidentielle de 2007 - NDLR) par: "Je suis femme et mère de quatre enfants", qu'est-ce qu'on en a à faire ? Ce n'est pas ça qui nous garantit que, politiquement, elle va faire ce qui est bon pour la France. Elle avait une manière de mettre ça en avant qui est le contraire de ma conception de la République qui est que nous sommes égaux.»
Au sujet de son avenir, alors que les rumeurs l'envoyant au Grand Journal n'étaient pas encore sorties, elle tient à préciser aujourd'hui ceci: «J'ai eu beaucoup de propositions depuis l'annonce de mon départ d'On n'est pas couché et je discute avec chacun. Mais tout reste à définir», laissant ainsi entendre qu'elle ne participera pas au show de Canal+ pour faire trois minutes de figuration entre deux couloirs de pub.

Retrouvez le portrait et l'interview complète de Natacha Polony dans Technikart en kiosques.

Natacha Polony, cover-girl de Technikart!

EN COUVERTURE

Natacha Polony: «Moi, droite mémère ?»

Elle quitte «On n'est pas couché», se fait traiter de réac et aimerait revenir à l'école de la IIIe République. Pourtant, derrière ces critiques, Natacha Polony incarne un rétrofuturisme idéologique pas si anachronique que ça. Pour mieux comprendre le phénomène, on a fouillé sous le plus beau hit capillaire des années 2010.

LA BIG INTERVIEW
Patrick Bruel: «Mais qu'est-ce que je fous dans Technikart ?»

LA SOCIÉTÉ
Fantôme de Facebook, Bescherélien du texto, sous-doué du streaming: êtes-vous un digital-poussif ?

Alexandre Malsch, le «Mark Zuckerberg français» boss de Melty, est-il aussi gentil qu'il en a l'air ?

LA CULTURE
Darren Aronofsky en plein déluge.

Nicolas Cage: de «Sailor et Lula» à «Benjamin Gates», de «The Wicker Man» à «Joe», l'interview carrière qui décoiffe.

Longtemps considéré comme un accessoire de chochottes, le synthé est-il devenu l'ultime instrument punk ?

LA STORY
8 000 gorges qui crient leur amour pour le PSG, des fumigènes, des bourre-pifs , de l'espoir et des larmes: l'histoire secrète du Virage Auteuil.

LES IDÉES
Les machines peuvent-elles pleurer ? Réponses avec le philosophe et romancier Eric Sadin.

+ le Selector, la nouvelle, la tribune pop, les insiders, les soirées.

«Les Gazelles», la comédie anti-presse féminine

On pourrait faire l'effort collectif d'améliorer au quotidien l'image de la femme dans la société. Pour les connes mal baisées des comédies françaises so girly, en revanche, c'est foutu. Leur glas a sonné. Elles se font traiter comme de la merde au nom du gag roi et implorent ta sympathie sous prétexte de conduire leur vie de misère avec un adorable embarras. C'est sale. En cinéma, ça remonte à un problème de genre (le chick flick, la rom' com') et à la nécessité de plier la volonté féminine à un idéal romantique déterminé. La femme fausse est le moteur des comédies sur/pour les femmes: parfaite ou détraquée, mais fausse.

Les frères Farrelly ont génialement poussé l'illusion avec Mary à tout prix. Les Gazelles (de Mona Achache avec Camille Chamoux, notre cover-girl, super) débarque sur les braises des remakes insultants d'articles de Cosmo (A coup sûr, Jamais le premier soir, Joséphine...) qui l'ont précédé. Et fait tout bien: le feeling contemporain, les scènes de fête, les creux, les lendemains, les errances, l'épilation, l'alchimie entre copines, l'inconnu, le néant... L'anti-Mes meilleures amies, quoi. LA comédie qui tombe juste sur la femme jouisseuse et dé(sen)chaînée d'aujourd'hui. Elle est française, voilà.
«Les Gazelles»: sortie le 26 mars.

A lire également notre dossier sur «l'Age du presque» dans Technikart en kiosques.
Benjamin Rozovas

Etes-vous un presque couple ?

Romain Monnery consacre son livre «le Saut du requin» à un presque couple. 5 extraits pour savoir si vous vous reconnaissez dedans.

1) «Ils s'étaient rencontrés sur Adopteunmec, terrain de jeu pour célibataires où l'amour était vendu pour ce qu'il était: un bien de consommation, avec son lot d'arnaques et d'invendus.» (Page 15)

2) «Si jamais mes potes me proposent une soirée pendant qu'on est ensemble, n'y vois rien de personnel mais je serai contraint de te quitter. Un couple ne doit pas être un obstacle à l'amitié.» (Page 30)

3) «Vous savez pas ce qu'elle m'a demandé l'autre soir ?
– Non.
– Elle m'a demandé si je l'aimais.
La mine grave, Mosha reposa précautionneusement sa manette sur la table avant de s'exclamer: «Alors là mon vieux, c'est le saut du requin. Après ça, c'est foutu.» (Page 43)

4) «Les sentiments sont des voleurs. Des charlatans. Méfiez-vous. S'ils rentrent dans votre vie, c'est pour ressortir avec la caisse sous le bras. (...) Une rupture, ça coûte un bras; un cœur brisé, les yeux de la tête.» (Page 52)

5) «"Un plan cul sans accrocs", "Out sans un fuck friend", "Prendre son pied sans se prendre la tête"; pas une semaine ne se passait sans qu'un article de la presse féminine appelle à dissocier les corps à corps des états d'âme.» (Page 62)

A lire «le Saut du requin» de Romain Monnery (Au Diable Vauvert) et notre dossier complet sur «l'Age du presque» dans Technikarty en kiosques.